Membres

Vos impressions ici :



Écrivez vos impressions sur ce blog et son auteur (et non des demandes de renseignements)

http://www.livre-dor.net/livre.php?livredor=130290.

jeudi 14 décembre 2017

LES MICI chez les carnivores domestiques

 


Les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin résultent d'une inflammation chronique intermittente ou continue du grêle ou du colon.
Ces maladies n'ont pas une cause unique identifiée. Elles semblent être multifactorielles : prédisposition génétique, flore intestinale particulière, dysfonctionnement du système immunitaire.
Il pourrait s'agir d'une réponse inappropriée à la flore microbienne endogène de l'intestin, avec ou sans composant d'auto immunité (1).
Chez le chat, les MICI peuvent être associées à des cholangites et à la pancréatite.


Les symptômes :


Diarrhées en cas d'atteinte du colon
Vomissements associés éventuellement en cas d'atteinte de l'estomac et du grêle
Amaigrissement
Léthargie 

Le diagnostic (2) :


- par la biochimie  :
Il y a une hypoprotéinémie, hypoalbuluminèmie si l'inflammation a un caractère excudatif.
Les folates, la Vitamine B 12 sont en baisse en cas de syndrome de mal-assimilation.
-hématologique :
Il y a une anémie normochrome, normocytaire discrète, une éosinophilie dans certains cas.

- par l'échographie :
Il y a un épaississement pariétal plus ou moins important des anses iléo-jéjunales, une perte de visualisation des couches échographiques dans les cas chroniques graves. Il y a aussi une hypertrophie des nœuds lymphatiques mésentériques.

- par la fibroscopie :
Les lésions macroscopiques ne sont toujours évidentes.

- par les biopsies :
Elles permettent de confirmer le diagnostic : il y a une infiltration de la paroi intestinale par différentes populations de cellules inflammatoires.

Le pronostic :


Il es rare de guérir définitivement une MICI. Le but du traitement est de réduire au minimum la fréquence des vomissements et des diarrhées . La plupart des chiens et des chats sont capables de vivre avec une bonne qualité de vie après un diagnostic de cette affection ( Centre hospitalier vétérinaire VET 24).

Les traitements :


- de diététique :


Une partie des MICI sont dues à des intolérances ou des allergies alimentaire.
A ce propos ma consoeur le Dr Géraldine Blanchard, vétérinaire spécialiste en nutrition, m'a écrit ces lignes  :

"il est souvent difficile de trouver l’origine de l’inflammation intestinale.
On commence par une évaluation nutritionnelle, afin de proposer une alimentation de qualité (excellente digestibilité) et couvrant les besoins de l’animal (son besoin calorique bien sûr, pour maintenir ou retrouver son poids optimal, mais aussi son besoin protéique, en choisissant un aliment avec un ratio protido-calorique adapté). Car en effet, une carence protéique chronique a des conséquences néfastes à long terme sur la santé digestive.
En cas de suspicion d’allergie ou d’intolérance alimentaire, on peut proposer un régime d’éviction ménager (une viande encore jamais consommée, un féculent bien cuit (pomme de terre avec la peau), de l’huile de colza, un complément minéral et vitaminé), ou un régime industriel (souvent dit hypo allergénique) en veillant à ce qu’il couvre bien les besoins en protéines de l’animal.
Les nutriments à l’origine des intolérances/allergies sont souvent les protéines. Il est bon de choisir une viande jamais ou rarement rencontrée comme du cheval, du poisson, voire du canard. Les glucides ne sont généralement que peu responsables, mais par sécurité, on peut opter pour une source originale comme la pomme de terre ou le tapioca (manioc), dans tous les cas à cuire le jour de la distribution".
Toutefois, un régime ménager n’est jamais équilibré sur les plans minéral et vitaminique. 
 Il est alors nécessaire de le supplémenter avec des compléments alimentaires comme ceux mis au point par ma consoeur  le Dr Géraldine Blanchard. ( cf article : rations sur mesure pour chiens et chats sur son site) (11).

"Le régime est mis en place de manière stricte durant 4 à 6 semaines après arrêt de tout traitement médical. Si la situation s’améliore, on réintroduit l’ingrédient suspect ( rien n’empêche d’ajouter une source protéique suspecte en plus de croquettes « hypoallergéniques », c’est un test de provocation. Si les signes réapparaissent, on sait l’animal allergique à cette viande, sinon, on peut chercher un aliment avec cette source unique, peut-être moins cher et plus riche en protéines, garant à long terme d’une couverture du besoin.
Une alimentation ménagère est plus difficile à mettre en œuvre car elle demande un bon suivi des ingrédients et quantités par le propriétaire. Cependant, c’est le gold standard, et si une première solution industrielle a échoué, cela reste une option thérapeutique sérieuse et efficace".

- d'allopathie :

Il vise à traiter et limiter une surpopulation bactérienne de germes pathogènes qui pourrait être l'origine de l'affection. Il est habituellement prescrit du Metridazole, de la Ciproflaxine et Amoxilline durant 2 semaines, suivi d'une réduction progressive des doses.
En même temps, il est donné des médicaments visant à limiter une possible perturbation immunitaire avec des immuno-suppresseurs comme les corticoïdes (Prednisolone), la Sulfasalazine, l'Azathioprine.


- de phytothérapie :


Il existe plusieurs plantes qui peuvent prescrites (3) :

-La Mélisse   :
Cette plante possède des propriétés antispasmodiques à tel point que mon confrère le Dr P.May la qualifie comme étant le « Spasfon des plantes ». Elle calme tous les spasmes digestifs et agit bien sur les vomissements
Il la recommande d'ailleurs dans la MICI où dit il « elle doit être systématiquement indiquée »

Le Cassis :
C'est un excellent anti inflammatoire, notamment ses bourgeons.
De plus, il possède aussi des propriétés immuno-modulatrices.

Le Noyer :
c'est un excellent anti diarrhéique par la présence de tanins ellagiques qui « resserrent la muqueuse digestive » . De plus, il est aussi des propriétés antifongique et antibactérienne.

Alchemille :
Riche aussi en tanins très astringents, elle possède des propriétés anti diarrhéiques.
Cette plante était déjà connue et utilisée au Moyen -Age comme plante médicinale.
Autrefois, les paysans du Mont Pilat (ma région!) soignaient leurs animaux présentant des diarrhées avec une poignée d'Achemille, sans avoir oublié de frotter la plante sur les pieds de la statue de St Sabin, le Saint guérisseur des animaux dans le Massif....

Réglisse :

La Réglisse est à la fois anti inflammatoire et immuno-modulatrice en évitant « l'emballement immunitaire ». Elle traite bien les gastriques.
Cependant sur le long terme, elle peut provoquer une rétention du sodium, donc de l'hypertension et une insuffisance rénale. A déconseiller chez les cardiaques !

Piloselle :

La Piloselle est indiquée dans le traitement des diarrhées chroniques.
Par ailleurs cette plante est aussi diurétique et cholérétique.
C'est pour moi une des meilleurs plantes pour traiter l'insuffisance rénale des carnivores.


Il est possible d'associer ces plantes :
Mon confrère le Dr Pierre May recommande l'association : Cassis + Réglisse + Noyer + Alchemille sous la forme d'EPS (3).
Mon confrère le Dr Claude Faivre du laboratoire Wamine coneille l'association : Réglisse + Alchemille + Piloselle sous la forme d'EPS. (4).
Ma consoeur Céline Moussour conseille l'association du gel l'Aloe vera avec la Mélisse : Animaloé du laboratoire Labbêa (12).
Pour ma part, je conseille l'association Mélisse + Noyer + Cassis en EPS.

Petit rappel : la posologie "standard" des EPS est d'un ml pour 5 kg (maximum 5 ml) (9).

REMARQUE :
Il est conseillé de commencer ces traitements de phytothérapie avec une posologie minimale: un intestin malade est très sensible à des changements brutaux ! Le changement doit être progressif !


-les probiotiques :


En 2001, l'organisation mondiale de la santé (OMS) a donné une définition officielle des probiotiques qui sont des « micro-organismes vivants qui, lorsqu'ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels » .
Ces bactéries ou levures aident à la digestion des fibres, stimulent le système immunitaire et préviennent ou traitent la diarrhée.
Pour avoir un effet bénéfique sur la santé, il faut que plusieurs conditions soient réunies :
  • Ils doivent être vivants (ou lyophilisés) . Une condition nécessaire à leur survie et leur efficacité est l'humidité relative résiduelle de moins de 4 %.
  • Il doit s'agir de souches sélectionnées pour l'effet recherché : il existe des milliers de souches dont chacune a un effet différent.
  • Ils doivent résister à l'acidité gastrique et à la bile; « pour être efficaces sur la flore intestinale », il faut que les probiotiques parviennent vivants dans le côlon et « en nombre suffisant ». Ils ne doivent donc pas être dégradés à la suite de leur passage dans l'estomac et « doivent être capables de résister à l'acidité gastrique et aux sucs pancréatiques »
  • Ils doivent être utilisés en cure d'au moins 10 jours par mois ;
  • Enfin, ils doivent avoir bénéficié d'une démonstration d'efficacité tant chez l'animal sain que chez le malade (5).



Le choix des souches est important (5) :
Parmi les lactobacilles, on peut citer :
-le lactobacillus acidophilus (L401) : action anti adhésion de candida et coli.
-le lactobacillus salivarius (LA 302) : anti inflammatoire, aéro anaérobie (intestin grêle), anti adhésion- bactérocines.
-le lactobacillus plantarum (LA 301) : pouvoir colonisateur, Acido-résistant (colon), immuno-modulateur.
-le lactobacillus rhumnosus (LA 801) : stimulation de TH1 (affections du jeune).
-le lactobacillus helvéticus (LA 102) : immuno-modulateur, fabrique des tripeptiques hypotenseurs.
A côté de ce groupe, il faut ajouter les bifidobactéries (LAFTI B94) . Ils sont stables et résistants.
On peut citer aussi Escherchia coli M 17 qui agirait positivement sur l'intestin irritable.





Ces différents probiotiques doivent avoir certes un pouvoir colonisateur mais aussi des pouvoirs analgésique, anti inflammatoire, immuno-modulateur et mdificateur de la perméabilité intestinale.
D'après ma consoeur le Dr Charlotte Renard, vétérinaire conseil pour Direct-Vet , les souches les plus adaptées à nos animaux de compagnie sont : Lactobacillus acidophilus casei, Enterococcus faecium en Saccharomyces cerevisiae.
Dans les MICI, mon confrère le Dr Claude Faivre conseille de les donner en permanence et de les associer à des fructo-oligosaccharides ( FOS). Ils font partie des substances dites prébiotiques, c'est-à-dire qui favorisent le développement des probiotiques.







Il existe de nombreuses spécialités vétérinaires. Il est préférable d'acheter des probiotiques encapsulés qui ne seront pas détruits par l'acidité de l'estomac.
Parmi ceux ci, j'en citerai quelques uns pour les avoir utilisés : Fortiflora (Purina), Flore équilibre (Wamine), Enteromicro (Mp labo), Enterocyl (Intervet), Canikur pro (Boehringer), Enterocyl (Vétoquinol)....




d' homéopathie :


Elle va permettre d'apporter :
  • une correction des symptômes tels la diarrhée, les glaires ; les gastralgies et vomissements.
  • une action anti inflammatoire sur la muqueuse intestinale.
  • une régulation de la réponse immunitaire.


Quelques médicaments de crise : (10)


-Magnésia carbonica :

Il s'agit souvent d'un animal jeune, nerveux, hypersensible. Son abdomen est douloureux à la palpation. La diarrhée est souvent décolorée pouvant renfermer des mucosités sanguinolentes.
Son état est aggravé par vle contact.

Podophyllum peltatum :

La diarrhée est très liquide et part en jet. L'état général semble peu touché.
Le prolapsus rectal est fréquent.

Aloe socotrina :

Ce remède va permettre de ralentir le péristaltisme . Les matières sont souvent accompagnées de glaires. Il y a souvent alternance entre constipation et diarrhée.
Ce remède d'action générale est celui des animaux émotifs supportant mal l'enfermement.
(Il  existe aussi une formule composée chez Boiron ) qui est très efficace.

Argentum nitricum :

La diarrhée est verdâtre avec du mucus. Présence de beaucoup de gaz. On note une aggravation après les repas.

China rubra :

L'animal présente un ballonnement abdominal. La diarrhée est fétide, souvent foncée. Elle peut renfermer des débris d'aliments non digérés. A prescrire aussi en cas d'anémie. Il prévient les déshydratations.

Traitements complémentaires  :

-Muqueuse du colon 5 CH + Intestin grêle 5-9 CH vont permettre par l'effet de l'organothérapie diluée et dynamisée de régulariser le fonctionnement des intestins : 2 prises par jour.
-Argent natif DH 8 : il exerce une action anti infectieuse et anti inflammatoire.
D'après le Dr Max Tetau, « il agit comme restaurateur d'une flore intestinale équilibrée , de plus, il a un effet myo-relaxant. » : une prise par jour. (6).

Traitements de fond :

-Thymuline 9 CH, 15 CH :(7) :
c'est une hormone thymique obtenue par synthèse. Elle joue un rôle dans la réponse immunitaire, par une action sur les lymphocytes T. une dose tous les 8-15 jours
-Eberthinum 9 CH, 15 CH:
il est obtenu à partir du lysat de culture de Salmonelle typhi.
Il est indiqué en traitement d'appoint des diarrhées chroniques : une prise par semaine au départ en
9 CH.
-Parathyphoidinum B 9 CH :
Ce remède homéopathique est obtenu à partir d´un lysat de cultures pures de Salmonella parathyphi B. visant à lutter contre les diarrhées récidivantes et résistantes à des traitements ayant pu être mis en place antérieurement : une prise par semaine au départ.
Ma consoeur Jacqueline Peker, vétérinaire homéopathe conseille de donner Eberthinum 9 CH et Parathyphoidinum 9 CH en alternance (8).

-Colibacillinum 9 CH :
Le colibacille est un germe important du tube digestif. Cette dilution permet de réguler sa population dans le tube digestif.

Je tiens à remercier particulièrement mes consœurs  le Dr Jacqueline Peker, vétérinaire homéopathe (8) et le Dr Géraldine Blanchard , vétérinaire spécialiste en nutrition, (11) qui ont bien voulu lire l'article avant sa publication et qui m'ont apporté quelques conseils supplémentaires dans sa rédaction.
J'associe aussi à ces remerciements le Dr Véronique Baumann, médecin homéopathe, du site homéophyto (7).


BIBLIOGRAPHIE :


(1)- Homéopathie : Connaissances et perspectives d'Alain Horvilleur, Charles-André Pigeot, Fredéric Rérolle.
(2)- Dictionnaire Pratique de Thérapeutique Chien chat et Nac de Robert Moraillon,Yves Legeay, Didier Boussarie Odile Senecat.
(3)- Guide Pratique de Phyto-aromathérapie pour animaux de compagnie, Pierre May.
(4)- Gérer une MICI grâce à une association probiotique raisonnée. Claude Faivre. Dépêche Vétérinaire du 8/09/2017 (n° 1403).
https://arnaudveto.blogspot.com/2010/12/les-probiotiques-dans-le-regne-animal.html
(6)- Nouvelles cliniques de lithothérapie déchélatrice. Drs Max Tetau et Daniel Scimena.
(7)- Homeophyto : https://www.homeophyto.com/
(8)- Soignez votre chat par les médecines naturelles de Jacqueline Peker.
    • Soignez votre chien par les Médecines naturelles de Jacqueline Peker, vétérinaire

    https://arnaudveto.blogspot.com/2015/02/posologies-en-homeopathie-et.html
(10)- Guide pratique d'homéopathie chez le chien, le chat et les Nac de Marie-Noëlle Issautier, vétérinaire.
(11)- Le blog de Géraldine Blanchard : blog.cuisine-A-crocs.com et Cuisine-a-crocs.com 
(12)- LABBÊA, Laboratoire du Bien-Être Animal
www.labbea.fr/

Quelques témoignages des commentaires du blog :

Le 7 mars 2017 : Lucile B : 

Le Docteur Arnaud m'a conseillé Muqueuse Intestinale 9CH pour le chat de mes parents atteint également d'une MICI (sang + mucus dans les selles). Il en prend depuis 3 semaines maintenant et les épisodes de rectocolite hémorragique ont quasiment disparu







2 commentaires:

Arnaud Veto a dit…

Rappel :

Tout commentaire ou demande de renseignements doivent être effectués au démarrage du blog.
Aucune réponse ne sera faite ici.

Dr Benoiton a dit…

Bonjour,
Très intéressant ton article (comme toujours!)
Juste une remarque à propos des probiotiques, je suis ami avec la directrice d'un labo vétérinaire qui n'est pas mentionné dans ton article et qui est spécialisé en probiotique; je lui ai transmis ton article. Elle était très intéressée et serait prête a échanger avec toi sur ce sujet.
Pour éviter de l'ennuyer merci de me contacter pour que je te transmette la copie de son mail et ses coordonnées.
cordialement
Philippe
philippebenoiton@cliniqueveterinairedupin.com