Membres

Vos impressions ici :



Écrivez vos impressions sur ce blog et son auteur (et non des demandes de renseignements)

http://www.livre-dor.net/livre.php?livredor=130290.

vendredi 2 février 2018

 
 Les acides gras essentiels

Les acides gras polyinsaturés (AGPI)

Ils sont indispensables à la vie car notre organisme ainsi que celui des carnivores ne savent pas les fabriquer.
Ce sont l'acide alpha-linolénique (série oméga 3) et l'acide linoléique (série oméga 6) ainsi que leur famille  qui en découle : EPA et DHA pour l'acide alpha-linolénique, DHGA pour l'acide linoléique.
Chez le chat, un troisième acide gras est indispensable, c'est l'acide arachidonique.

Sources :

Les AGE peuvent provenir de graisse animale ou végétale.
Cependant, les chiens et les chats absorberaient moins bien les acides gras essentiels provenant de végétaux .
Il n'est pas recommandé de donner à son animal comme unique source d'AGPI une huile végétale, comme l'huile de lin, ou de colza.
Il faut privilégier les AGPI d'origine marine.
Il s'agit des huiles de poissons de mers froides (sardine, hareng, maquereau, saumon) ou de krill (crevettes).
Dans sa thèse (4), un de mes consœurs, le Dr Charlotte Devaux, indique les posologies suivantes pour l'huile de krill :
Pour le chat : 5 à 25mg/kg/j
Pour le chien : 25 à 80mg/kg/j

« Pour un chat de 5kg présentant une dermatite miliaire ou une insuffisance rénale chronique que l’on souhaite traiter à une dose moyenne de 15mg/kg/j on donnera 1 capsule de 500mg d’huile de krill par semaine.
Pour un chien de 10kg traité pour une dermatite atopique ou une arthrose à une dose moyenne de 50mg/kg on administrera une capsule par jour ».



Il est important que les huiles de poissons soient contrôlées au niveau des métaux lourds (mercure, plomb...), des polluants (PCB, dioxines...). .



Rôle des omégas 3 et oméga 6 (1) :



Dans l'organisme, les oméga 6 sont plutôt pro-inflammatoire, pro-aggrégant plaquettaire et vaso-constricteur. Les oméga 3 sont plutôt anti-inflammatoire, anti-aggrégant plaquettaire et vaso-dilatateur.
On considère que l'équilibre optimal entre oméga 6 et oméga 3 pour l'organisme sain est environ 5 fois plus d'oméga 6 que d'oméga 3 sur des animaux en bonne santé.


Indications des omégas  (2) :


1)- en néphrologie :


il est acquis que les oméga 3 accroissent le taux de filtration glomérulaire et du débit sanguin rénal et réduisent l’hypertension glomérulaire contrairement aux oméga 6.
Chez le chien une supplémentation de la ration en oméga 3 a des effets bénéfiques sur l’insuffisance rénale : diminution de la protéinurie, créatininémie et des lésions rénales, augmentation de la filtration glomérulaire.
Chez le chat l’augmentation d’EPA dans la ration aurait un effet préventif sur l’IRC et la survie du chat .
Il y a un consensus général sur l’utilisation d’EPA lors d’IRC chez le chat.


2)- en dermatologie :


Les AGPI présentent une bonne efficacité sur les états cutanés kérato-séborrhéiques.
Les oméga 6 participent à la maintenance de l’imperméabilité cutanée, car ils sont présents dans les céramides du stratum corneum, et à l’amélioration de la qualité du pelage ou d’une peau sèche sans inflammation. Attention un excès d’apport
d’oméga 6 peut conduire à une réponse pro-inflammatoire et augmenter l’inflammation au niveau de la peau et des autres
organes.
Chez le chien de nombreuses études ont prouvé leur intérêt dans l’arsenal thérapeutique de la dermatite atopique chronique (avec un consensus général pour une utilisation des oméga 3) :
- effet anti-inflammatoire,
- effet d’épargne de la cyclosporine, permettant de diminuer les doses chez des chiens atopique :
  restauration des propriétés de barrière de la peau,
  effet anti-prurigineux plus ou moins important


3)- en cardiologie :


Des études ont démontré que chez les chiens atteints de cardiomyopathie dilatée la survie de l’animal étant au final augmentée et de même chez des chiens atteints de maladie valvulaire dégénérative.
Un apport d’EPA et DHA aide à réduire l’arythmie ventriculaire du boxer lors de cardiopathie arythmogène du ventricule droit.


4)- en tant qu'anti inflammatoires :


-arthrose :
Plusieurs études ont démontré des résultats positifs des oméga 3 (EPA, DHA) sur l’arthrose du chien, notamment en cas d'arthrose de la hanche du coude et du grasset. Une supplémentation en EPA et DHA permet de diminuer les doses de carprofen chez des chiens atteints d’arthrose
chronique.


-asthme :
Dans l'asthme félin : Jérome Leemans de l'Université de Liège conseille d'associer les omégas 3 à la lutéoline, plante immuno-régulatrice.


5)- en cas d'insuffisance hépatique :


Ils diminuent la lipolyse tissulaire par l’action des prostaglandines,
Ils permettent la synthèse hépatique à partir d’acides gras saturés de phosphoaminolipides qui sont des formes de
transport assurant le drainage des graisses du foie.
ils ont, de plus, un rôle protecteur vis à vis de l’hypercholestérolémie et de l’athérosclérose.


6)- en cas de diabète :
Ils diminuent la surcharge graisseuse du foie chez le diabétique
et augmentent la sensibilité à l’insuline.


7)- en neurologie :
Il est recommandé, au vue des nombreuses études réalisées, d’apporter du DHA pendant la gestation, la lactation et après le sevrage pour un développement optimal du système nerveux chez les chiots et les chatons.
Chez l’animal, une carence en oméga 3 induit des déficiences visuelles (carence en DHA de la rétine) (14), une perturbation et un vieillissement prématuré de l’audition, une altération du goût et une réduction des capacités d’apprentissage chez le jeune animal.


8)- pour le sport :
Ils sont un très bon combustible énergétique. Ils permettent une augmentation des aptitudes sportives.


9)- convalescence de maladies :
Des chiens traités par chimiothérapie pour lymphome ont vu leur temps de survie et l’espace entre deux récidives augmentés.


10)- pour le vieillissement :
Les oméga 3 ont un effet positif sur la réponse immunitaire des vieux chiens.


EN PRATIQUE :


La durée d’utilisation recommandée des oméga 3 pour une action anti-inflammatoire est de 4 à 6 semaines pour avoir un début d’efficacité et de 8 à 12 semaines pour un effet maximal.
Ma consoeur le Dr Géraldine Blanchard conseille (1) :
« En rationnement ménager : il faut au moins 5% de l'énergie sous forme d'huile de colza ou de soja pour apporter suffisamment d'AGE à un adulte en bonne santé.
Grossièrement, il faut 5 ml d'
HUILE DE COLZA pour 5 à 10 kg de poids corporel, pour un animal en bonne santé (attention valeur indicative, variable selon l'animal et la ration).
HUILE DE POISSON ... (en plus de l'huile de colza) :
COMBIEN ? une gélule de 500mg d'huile de poisson riche en oméga 3 par tranche de 5kg de poids pour chien ou chat en bonne santé est une dose bien adaptée.

Elle peut devoir être doublée dans certains cas pathologiques ».



Les acides gras insaturés, étant très sensibles à l'oxydation, il faut les protéger de l'air et de la lumière même s'ils sont associés à un anti oxydant. comme la vitamine E : il est recommandé d’apporter au moins 0,5 mg de vitamine E /kg de poids corporel (5).



Leur apport peut se faire en toute sécurité par des gélules ou capsules, qui sont avalées ou ouvertes sur le repas au moment de le consommer (pas à l'avance), ou en flacon doseur dit airless (le flacon contient une poche où l'air n'entre pas quand l'huile en sort). (3).


Bibliographie :


http://www.vetup.com/articles-veterinaires/63-vetup/alimentation-veterinaire/276-huile-de-pois
http://www2.vetagro-sup.fr/bib/fondoc/th_sout/dl.php?file=2012lyon041.pdf
Charlotte DEVAUX
http://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=715 François, Bernard, Jacques, Louis BAECKEROOT





































1 commentaire:

Arnaud Veto a dit…

Pour poser une question, allez au démarrage du blog.
Aucune réponse ne sera donnée ici. Merci.