Membres

Vos impressions ici :



Écrivez vos impressions sur ce blog et son auteur (et non des demandes de renseignements)

http://www.livre-dor.net/livre.php?livredor=130290.

samedi 5 avril 2014

IMMUNITE - Immunité et plantes (1ère partie)

                       L’immunité :

 

             Sans notre système immunitaire, nous ne pourrions pas vivre plus que quelques minutes…


Comment peut on définir l’immunité  ? :

L’immunité, c’est la capacité que nous avons de nous défendre contre les menaces extérieures pour assurer le bon fonctionnement de l’organisme et sa survie.
Ces menaces sont de plusieurs ordres:
-les microbes (bactéries, virus, parasites…).
-les corps étrangers.
-les cellules de l’organisme présentant des anomalies de fonctionnement (cellules cancéreuses).

L’intestin est le premier organe immunitaire, car c’est ici que  s’élabore une grande parties des défenses immunitaires. Nous verrons le rôle essentiel joué par les probiotiques, "commensaux de l’intestin".
La moelle osseuse, le thymus, la rate, le sang, les ganglions lymphatiques produisent les éléments de défense de l’organisme ( leucocytes, lymphocytes T et B…).

Il arrive que ce système se dérègle :

1)-soit il fonctionne de façon insuffisante
  ou déficit immunitaire, suite à :
- un surmenage physique ou psychique.
-des carences alimentaires (vitamines et minéraux) ou une alimentation inadaptée.
-des maladies graves : virales (Felv et Fiv du chat…), diabète et cancers (fibrosarcome du chat, tumeurs mammaires…).
 -des traitements lourds de chimio et radiothérapie qui détruisent de façon non sélective les cellules.
L’organisme est alors exposé aux infections et sans moyens de défenses, l‘infection flambe….

2)- soit qu’il fonctionne de façon trop intense , lors :

-d’allergies  :

C’est une réaction  violente de rejet du corps face un « ennemi »  pourtant inoffensif !
L’allergène peut pénétrer dans l’organisme par différentes voies:
-par inhalation (asthme, atopie…).
-par ingestion (œdème de Quincke, allergie alimentaire, urticaire…).
-par la voie parentérale (médicamenteuse…).
-par la voie cutanée (piqures d’insectes, allergie de contact…).

- des maladies auto-immunes:


 L’organisme attaque ses propres cellules et les détruit. Il devient incapable de distinguer le soi et le non soi ….
C’est le cas du diabète type I : les cellules pancréatiques sont alors détruites  par des anticorps propres à l’organisme. De même dans la polyarthrite rhumatoïde…
Il est important de ne pas stimuler l'immunité lors de maladies auto-immunes qui sont une contre indication formelle à l'utilisation de certaines plantes ou de sels minéraux...(15).


3)-Depuis quelques années, est apparu la notion de DYSIMMUNOSE.
En effet, certains malades présentent à la fois des manifestations allergiques et des infections répétées…
Ainsi, les cellules immunitaires occupées par les processus allergiques ne feront plus le travail pour lesquelles elles avaient été conçues à savoir défendre l’organisme !


On peut agir de plusieurs façons sur le système immunitaire par :

-des plantes

-des huiles essentielles.

-des probiotiques

-de l’homéopathie

-des oligo-éléments….


Première partie : les plantes :


Elles sont nombreuses . En voici quelques unes parmi les plus employées en médecine vétérinaire des carnivores  (par ordre alphabétique).



-L’Aloès : (Aloe vera) :


Cette plante médicinale avait déjà  des adaptes dans l’Antiquité : Néfertiti,  Cléopâtre, Alexandre le Grand, Neron…les utilisaient déjà pour soigner leurs maux (constipation et problèmes de peau).
L’Aloès se présentent sous 2 formes :
-le suc (ou latex) de couleur jaune qui suint des feuilles, aux propriétés laxatives.
-le gel (ou jus concentré des feuilles) qui est le seul utilisé en médecine vétérinaire.
Selon ma consoeur le Dr Céline Moussour-Gastinel :" C'est la forme que j'utilise Aloe vera, il n'y a aucune des molécules provoquant des réactions négatives" (1).

Propriétés thérapeutiques du gel :

Le gel d'aloès  contient 99% d'eau , des sucres ( glucomannanes et acémannanes) des acides aminés, des enzymes, des acides gras, des stérols, de l'acide salicylique.
Il possède des propriétés des propriétés à la fois anti-inflammatoires et immunostimulantes;
Il permet une bonne cicatrisation des plaies. Il a en plus des capacités antivirales et antitumorales.
Les glucomannanes ont un pouvoir hydratant, adoucissant et protecteur pour les téguments.
Les acémannanes accélèrent la cicatrisation des plaies, sont anti-inflammatoires et immunostimulants avec pour corollaire des capacités anti tumorales (anti cancéreuses) et anti virales.

Indications chez les animaux :

    D’après le Dr Richard Holland, de la faculté de médecine vétérinaire de l'université du Minnesota : «L'Aloe vera constitue un des traitements aux propriétés les plus universelles qu'il m'ait été donné de rencontrer». 

1)-par la voie locale  dans les affections cutanées :


Le gel d’Aloès aide à la cicatrisation des plaies, des brulures…, en raison de ses propriétés coagulantes, analgésiques, anti-infectieuses et anti-inflammatoires…
Ma consoeur  le Dr Céline Gastinel-Moussour conseille de l'associer ,sous forme d'émulsion, à l'huile de Macadamia qui possède des propriétés apaisantes (bien agiter avant l'emploi !).
Elle préconise cette émulsion..."pour traiter les peaux desséchées des chiens qui se grattent depuis longtemps. Le mieux est de l'appliquer après la douche quand la peau est encore humide".

-De nombreux spécialités sont commercialisées en médecine vétérinaire.
Parmi toute ces crèmes une me parait plus intéressante par sa composition originale  : Siladog (ND) à base de Silicium Organique + Aloe + grande Cousoude…Cette crème contribue à l’amélioration des phénomènes douloureux de l’appareil locomoteur et également  à accélérer de la cicatrisation des plaies ne pouvant être suturées .C'est parfois le cas dans la chirurgie du fibro-sarcome où il est recommandé de pratiquer une chirurgie " large".
   
 -Une solution tannante sert à l’entretien des coussinets plantaires : Solipat (ND) : acide Trichloracétique + Aloe + Centella asiatica + Citrus paradisii….
-Certains  shampoings  contiennent  de l‘Aloès,  ils assurent une bonne hygiène cutanée et rendent la peau plus souple et le poil plus brillant ( par ex. shampoing Hery ND).
En raison que les animaux lèchent souvent leurs plaies, le gel utilisé doit être le plus pur possible. Il peut être alors absorbé sans danger. 
D’après ma consœur , le Dr Céline Gastinel, vétérinaire, l’Aloès absorbé aurait  aussi  une action positive sur la peau  en agissant sur la flore intestinale qui boosterait l’immunité.
Il aurait alors des propriétés de pré biotique .

2)-par la voie interne :

Il faut utiliser un produit d'excellente qualité, très pur, bio de préférence et sans conservateur.
Dans ce cas, le produit doit être conservé au frigo et son utilisation est limitée à 3 semaines !
En général, le chat aime bien son goût ou le prend facilement à la seringue.

-Chats et chiens :

-C’est un bon régulateur du transit. Il peut être donné en cas de « bouchons de poil «  chez le chat. , en cas de fécalomes.  A éviter cependant en cas de diarrhée.
-Il améliore l’état de la peau et des poils et peut être associé aux traitements des otites.
- Il a aussi des propriétés stimulantes de l’immunité :
Des confrères l’utilisent comme complément thérapeutique dans les maladies virales du chat : leucoses et calciviroses notamment en association avec l’extrait de pépins de pamplemousse (EPP), les probiotiques, le silicium organique...: C'est d'ailleurs la spécialité du laboratoire vétérinaire Demeter : ENDOSTIM (ND).
Ce laboratoire conseille ce complément alimentaire dans le traitement des allergies et des maladies auto-immunes. Malheureusement, je n'en ai pas l'expérience, ce produit étant commercialisé après mon départ à la retraite !
Il semblerait qu'il est des difficultés de prise de ce complément nutritionnel chez les félins (?).


-Chevaux :

-En teinture : sous forme de crème protectrice  de la peau ( zones de frottement du harnachement) : Green Ointment (ND); crème préventive et traitante de la dermatite estivale : Dermit-stop (ND).
-En granulés : pour les chevaux de course en période d’entrainement, et pour le traitement de l’acidité gastrique…: Ekygard (ND)

-Bovins :

-Suite de mise bas : Vétrital (ND) poudre orale, pour stimuler la lactation et prévenir une métrite
-plaies des sabots : Aloe vera Emergency spray (ND)

-Oiseaux  de cage :

Shower (ND) de Oropharma- Versele-laga.
-en bains pour traiter les affections des pattes (gale) et la goutte articulaire ( en association avec la formule homéopathique suivante : acidum uricum 4 CH + acidum benzoïcum 4 CH + Lycopodium 4 CH tous les jours durant 20 jours. A mettre dans l’eau de boisson).
-- pour l’entretien de leur plumage  et apaiser les démangeaisons  (pica) : en usage externe : Jungle




Posologie chez les animaux : (d’après le Dr Céline Gastinel-Moussour, vétérinaire)

-Chat : I ml environ.
-chien : de l’ordre de 0,2 ml / kg
-Cheval :  de l’ordre de 10 ml, très utilisé en milieu hippique.
-lapin : I ml / kg


Bibliographie sommaire :

-www.frenchtoutou.com/sante/bienetre9.php
-Aloès, hygiène et santé des animaux, par Marc Schweizer, ( Editions Apophtegme ).
-Des plantes et des soins naturels pour mon animal de compagnie de Céline Gastinel-Moussour, vétérinaire (Le Courrier du Livre).
- La série des livres de Céline Moussour-Gastinel : Le b.a-b.a des plantes pour mon chat..., pour mon chien..., pour mon lapin..., pour mon furet... (Le Pré du Plain).



-Le Cassis  (Ribes nigrum) :

Cet arbrisseau est bien connu en France pour ses fruits qui servent à la fabrication de confitures et sirops.
Ce sont principalement les feuilles et les bourgeons qui sont utilisés  en phytothérapie pour les propriétés anti-inflammatoires et immuno-modulatrices

Le mécanisme d’action agirait en stimulant les glandes cortico-surrénales, productrices de cortisone.

Indications chez les carnivores :

-Toutes les maladies de peau d’origine inflammatoire et auto-immune :
Les eczémas :
-secs en association avec la Bardane et le Cèdre du Liban
-suintants (Hot spot) en association avec l’Orme champêtre
-suppurés en association avec les Echinacées, le Noyer, la Bardane.
La dermatite atopique :
En association avec:
-les oligo-éléments aux propriétés désensibilisantes : Manganèse et Soufre
-des plantes adaptogènes comme la Bardane.
-des draineurs des émonctoires (Pissenlit, Artichaut…).
-des acides gras insaturés (Bourrache, Onagre…).

- Le Curcuma  (Curcuma longa L) :

Bien connu des ménagères qui l’utilisent en cuisine, le Curcuma est aussi une plante médicinale, cultivée

sous  climat tropical. Seul son rhizome est utilisé en médecine, récolté une fois que les parties aériennes sont fanées.

La composition chimique  indique que cette plante contient :
-des polyphénols (curcuminoïdes)-
-des polysaccharides, (ukonanes) -
-une huile essentielle (sesquiterpènes).

Il possède diverses propriétés, notamment :
- une action anti-oxydante : les curcuminoïdes participent à la neutralisation des radicaux libres
 -une action anti inflammatoire : les composés actifs  inhibent les substances générées par l’inflammation
-une action détoxifiante : par son action au niveau du foie, en tant que cholagogue et cholérétique
-une action immuno modulatrice : notamment en intervenant comme modificateur de la réponse biologique (MRB).
-une action anti tumorale et anti mutagène : par ses propriétés anti oxydantes et anti inflammatoires, cette plante permettrait de protéger l’organisme contre le cancer. Le célèbre cancérologue, le Pr Khayat  s’adressant aux ménagères déclare : « Mettez en partout ! »


Indications chez l’animal de compagnie :

a)- Traitement d’appoint de l’arthrose en association :
-avec l’harpagophyton : Easypill raideurs articulaires (ND) .
-avec des chondroprotecteurs : Seraquin (ND).
-En EPS : association Curcuma + Scrofulaire + Reine des prés (chiens) ou Ortie.

b)-Traitement des  maladies du tube digestif : ulcères de l’estomac, troubles fonctionnels de l’intestin, MICI (« maladies inflammatoires chroniques de l’intestin »), insuffisance hépatique, pancréatique (exocrine et endocrine , en association avec le Noyer.).

c)-Accompagnement de traitements de chimio thérapie : association de Curcuma + Chardon-marie + Ginseng. 

Contre-indication : le Curcuma est contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires.
A cause de la présence de polyphénols, son emploi chez  le chat doit être fait avec précaution car il peut occasionner des troubles nerveux (convulsions).

Présentations :

-En poudre : il faut choisir un extrait de plante standardisé biodisponible.  Cette plante est souvent mal absorbée, ce qui limiterait ses indications .Le poivre permettrait une meilleure absorption. Son adjonction à la nourriture est  difficilement  réalisable  chez les carnivores ! Posologie  pour un chien : 2,5 mg à 5 mg / kg.; pour un chat : une petite pincée /jour.
-En Extraits de Plantes fraiches Standardisées dosés à 3 mg de curcumine/ml, soit un ml / 5 kg / jour; maximum : 5 ml.
-En gélules :dosées à 250 mg de  Curcumine + 2,5 mg de Pipérine . 

Effets secondaires :

Des cas d’intolérance gastrique ont été signalés chez le chien.
 Rappel : Prudence chez le chat !

-Le Cyprès ( Cupressus sempervirens) : 

En raison de son feuillage sombre et de sa couleur éternellement verte, le cyprès est l’ornement des cimetières…Ce sont les cônes femelles qui sont utilisés à des fins thérapeutiques.
Par la présence de proanthocyananidines, il a une action virucide , notamment sur le virus de l’herpès de l’influenza et les corona-virus.
De plus il possède une activité phlébotonique, c’est-à-dire qu’il active la circulation veineuse périphérique ( le syndrome « des jambes lourdes chez l’homme » et hémorroïdes ).

Indications chez les carnivores :

-Toux de chenil  (chiens) :
 Association  Cyprès (Bg ou EPS) + Echinicea (TM ou EPS) + Pin sylvestre (Bg ou EPS).
-Coryzas  (chats) :
Association  Cyprès (Bg ou EPS) + Echinacea (TM ou EPS).


-Les Echinacées  (Echinecea ) :

Les Amérindiens l’utilisaient en usage externe pour soigner les blessures et les sioux comme antidote des morsures de serpent.

On utilise à la fois la partie aérienne récoltée au printemps et les racines récoltées à l'automne.
E. Purpurea perd ses propriétés une fois séchée contrairement à E. angustifolia.
En ce qui concerne E. palladia, c’est la racine qui est utilisée.

Ces plantes sont antibactériennes, antivirales et  antifongiques .
Leur propriété principale est l’immuno-stimulation : Elles  augmentent les défenses non spécifiques de l’organisme., notamment favorisent la synthèse de l’interféron
Le mécanisme d’action serait du à la présence de polysaccharides.
L’action anti infectieuse a été aussi prouvée in vitro par augmentation de l’activité phagocytaire des macrophages ainsi qu’in vivo sur des souris et rats.
Son action est antibactérienne: inhibition de la croissance de certains germes, notamment sur le staphylocoque aureus, le streptocoque et le colibacille.
Son action est anti virale démontrée in vitro sur le virus de l’herpès.
Son action est anti fongique, notamment sur Candida albicans et corroborée par d’excellents résultats cliniques sur la prévention des infections urogénitales de la femme.
Sa propriété principale est l’immuno-stimulation : Elle augmente les défenses non spécifiques de l’organisme.
Le mécanisme d’action serait du à la présence de polysaccharides.
L’action anti infectieuse a été aussi prouvée in vitro par augmentation de l’activité phagocytaire des macrophages ainsi qu’in vivo sur des souris et rats.
Son action est antibactérienne: inhibition de la croissance de certains germes, notamment sur le staphylocoque aureus, le streptocoque et le colibacille.
Son action est anti virale démontrée in vitro sur le virus de l’herpès.
Son action est anti fongique, notamment sur Candida albicans et corroborée par d’excellents résultats cliniques sur la prévention des infections urogénitales de la femme.

Selon Francis Brinker, un expert américain en plantes médicinales, les essais faits avec des extraits liquides d’E. purpurea entière (racines et parties aériennes) ont donné des résultats plus probants que ceux menés avec des extraits en comprimés ou en capsules. (Source : passeportsanté.net).

Toutefois, l' OMS déconseille l'usage des Echinacées en cas de maladies systémiques (sida, tub) ou auto-immunes (SEP, lupus (7) .
Le Dr Geo van Snick de Bruxelles recommande de ne pas prendre de l'Echinacée pendant plus de 8 semaines consécutives. Il dit : "Il est probable que la stimulation du système immunitaire prolongée, pourrait soit l'épuiser soit le rendre tolérant à cette stimulation" (15).


Indications chez les carnivores :

-Dans les affections cutanées :

Notamment dans les suppurations aiguës ou chroniques  (staphylococcies), les Echinacées peuvent être prescrites en teinture-mère ou EPS (extraits fluides de plantes fraiches standardisés) en association avec un traitement antibiotique durant 1 mois. Elles permettraient de raccourcir la durée du traitement !

Posologie journalière : une goutte/ kg en T.M, 1 à 3 fois / jour et de 1ml / 5 kg /jour en EPS. Durée moyenne d'un traitement 3 à 4 semaines.
Éventuellement compléter par un traitement d’entretien 5 jours par semaine durant 3 mois.


-Affections urinaires :

Même protocole. Bonne synergie avec la Busserole.

-Affections respiratoires :

Bon résultat si associé au Cyprès ou au Pin notamment.


-Affections félines :


Les Echinacées donnent de bons résultats dans les affections virales félines, notamment herpès virose, chlamydiose, coryza...Leur usage serait peut-être à éviter dans le traitement du Complexe Stomato-Gingival Félin où une une composante immunitaire pourrait être à son origine, si l'on veut suivre les recommandations de l'OMS ?
Il est à noter que leur prise est parfois difficile chez le chat en raison de leur amertume prononcée.
Aussi, il serait  préférable de les prescrire en gouttes homéopathiques préparées en solution aqueuse (en  3 DH par ex.) à raison d’une à deux gouttes par kg  2 à 3 fois par jour durant une quinzaine de jours.
Il semblerait que le pouvoir de stimulation du système immunitaire serait de courte durée et des auteurs recommandent de l'administrer durant de courtes périodes, renouvelables.

 En cas d’affection respiratoire (coryza) le traitement peut-être complété par des inhalations d’huiles essentielles de Thym ou d’Eucalyptus (voir article sur les HE).


-L’Eleuthérocoque  (Eleutherococcus senticosus) :

Cette plante, bien connue de la médecine chinoise stimule la vitalité, la force, l’énergie   (le Yan).

Elle possède différents propriétés :

-adaptogène, elle renforce la résistance à la fatigue dans le sport, notamment en retardant l’accumulation d’acide lactique dans les muscles
-antistress
-améliore la mémoire et la capacité d’apprentissage
-Immunostimulantes : Une étude a été réalisée, en double aveugle sur 36 volontaires humains permit de démontrer que les personnes ayant absorbé durant 4 semaines un extrait alcoolique d’Eleuthérocoque avaient une augmentation comprise de 30 % à 85 %des lymphocytes T et B.
-protégerait  l’organisme contre  les produits chimiques et rayons radioactifs.
Cette plante a été utilisée après  les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima.

Indications chez les carnivores:

 En dehors de ses propriétés immunostimulantes, elle renforce la résistance à la fatigue, améliore la mémoire et la capacité d’apprentissage. Elle est aussi adaptogène.

:

-Pour améliorer les performances sportives lors de concours canins (Agility)
-Pour améliorer les physiques et mentales des vieux chiens, en associations avec le Panax Ginseng
-Pour stimuler la production de globules blancs pendant et après les traitements de chimiothérapie
-Pour lutter contre les effets secondaires de la radiothérapie.

-La Griffe du chat  (Uncaria tomentosa) :

Cette liane grimpante est  considérée comme une plante sacrée par les tribus de la forêt amazonienne.
Ils lui attribuent un action bénéfique aussi bien sur l’esprit que le corps…

Cette plante possède des propriétés à la fois immuno-stimulatrices et modulatrices.
Elle aurait aussi des propriétés antivirales .

Indications chez les carnivores :

-Traitement des maladies virales (maladie de Carré chez le chien, coryza, typhus, Felv, Fiv…chez le chat)
-Traitement post-opératoires de la chirurgie des tumeurs malignes (mammaires, de la rate…).
Chez l’homme, cette plante a été utilisée avec succès dans le traitement de l’arthrose du genou.

Présentations :
Elles sont nombreuses en présentation humaine : des gélules dosées à 250 mg, 500 mg, 1g…
Un laboratoire vétérinaire, Abivet, commercialise 2 présentations : l’une pour les chiens sous forme de  capsules dosés 200 mg et l’autre pour les chats sous forme de mini- comprimés dosés à 40 mg : CATCLOVIR (ND).
Ce laboratoire n’effectue aucune vente directe auprès des particuliers.

La posologie est de 20 mg/kg chez le chat et de 40 mg/kg chez le chien.
- En homéopathie, il est parfois possible de trouver de Uncaria tomentosa en DH 8 ( 5 à 10 gouttes selon le poids de la solution aqueuse).

Un article plus détaillé sur la Griffe du chat figure dans le blog.


Le Gui (Viscum album) :


Depuis la période antique, le gui  est le symbole de vie et d’immortalité car il reste vert sur un arbre qui semble mort…Il était vénéré par  nos ancêtres les gaulois. Les druides le célébraient au solstice d’hiver et reste un des symboles du nouvel an…

1)- Les VAF (Viscum Album Fermenté) :

En 1917, le docteur R.Steiner a remis au goût du jour les vertus thérapeutiques du gui notamment dans le traitement des cancers. L’AREMA (l’Association pour la Recherche et l’Étude de la Médecine Anthrosophique) a repris sa doctrine en l’améliorant à partir de l’expérience de nombreux médecins notamment ces dernières années sous l’égide du Dr R.Kempenich, cancérologue.
Le livret « la pratique du viscum album » rédigé par ce médecin et son collège indique les différentes propriétés du gui fermenté : immuno-modulatrices (stimulation lymphocytaire, augmentation de la sécrétion de cytokines: interféron…) une activité cytotoxique et cytostatique sur les cellules tumorales (action des viscotoxines et lécithines).
Mes confrères du GEB (Dr R.Blostin) ont développé l'application des VAF en médecine vétérinaire dans le traitement du fibrosarcome félin, des tumeurs mammaires chez la chienne et les sarcoïdes du cheval. (1).

PS : Actuellement, il semblerait qu'il est  des problèmes de délivrance des VAF en France...
D'après un visiteur du laboratoire Weleda, que j'ai rencontré lors d'un séminaire, il serait possible d'en obtenir auprès de 2 pharmacies allemandes de Kehl :
 info@storchenapotheke-kehl.de
 info@anker-apotheke-kehl.de
+ information d'Isabelle, blogueuse : "J'ai trouvé une pharmacie en suisse qui fourni des médicaments homéopathiques introuvables en France (notamment du viscum album fermenté quercus st3 en dilution 1% buvable) ; ils connaissent bien les traitements pour les animaux, ils savent de quoi ils parlent et se sont intéressés au sujet :  
Pharmacie Amavita Savigny, tél : (0041) 21 781 07 20".


2)-Supplément nutritionnel avec du gui : ABV VISCO-CF gouttes buvables

"Produit naturel de santé, composé de plantes (teintures-mères de Curcuma, de Viscum quercus - gui du chêne - , et de Pao pereira) ainsi que d'oligo éléments (Sélenium-Cuivre-Zinc-Manganèse).Ces composants ont une puissante action synergique  anti-oxydante, anti-inflammatoire, de relance énergétique cellulaire, permettant d'aider au contrôle des états dégénératifs". (Dr Nicolas Baudin, vétérinaire du labo ABV) (5).
Ce confrère dit avoir de bons résultats dans le traitement de la PIF (forme sèche).

(1)-Le Biopattes- GEB : Actualités sur Viscum Album Fermenté. Richard Blostin. Pratique Vét Anim Comp- janvier 2007 n° 34.
 

 -LAPACHO : (Tecoma curialis)

Le Lapacho ou Pau d’Arcos était bien connu des Incas qui l’appelaient « l’arbre de vie », car il permettait alors de soigner une multitude de maladies.
Ses principes actifs se trouvent dans l'écorce et contiennent des coumarines, des flavonoïdes, des saponines…et de nombreux oligo-éléments et minéraux (Fer, manganèse, silicium, cuivre…)

Propriétés :

-Stimulant immunitaire
-Antibactérien, antiviral
-Antioxydant : par la destruction des radicaux libres
-Anti-inflammatoire, antalgique
-Anti anémique : par la présence d’oligo-éléments dont le fer.
-Anticancéreux :  par pénétration dans la cellule tumorale (11).

Contre-indication:
Par la présence de coumarines, cette plante est contre-indiquée en cas de troubles de la coagulation


Indications vétérinaires :

-Maladies virales :
                             Coryzas et calciviroses du chat notamment.
-Gériatrie :
                          - En association avec le Ginseng, plante adapatogène.
                          -Maladie auto-immune hémolytique du chat : un cas de guérison a été signalé chez un chat. Indication à confirmer !

Présentations :

-simple :-en gélules :  dosées à 300mg  (Epe Roxo ND de Dieti-natura par ex.)
              -en homéopathie : Lapacho  ou Tecoma curialis DH 8 gouttes buvables (sol.aqueuse) : 5 à 10 gouttes/ jour.

-composée : en association avec :
                                                    - du  Shitaiké, et Plantain : Phyto Defense (ND) produit conseillé par ma consœur le Dr J. Peker.
                                                    -avec Shitaiké, du Maïtaké, du Plantain : Floralpina  Pytho chien chat Défenses  Naturelles (ND).

 Remarques :

Le Plantain (plantago lanceolata) := anti-infectieux.
Shitaïké (lentinus edodes) et Maïtaké (grifolia frondosa): = champignons immunostimulants des médecines chinoise et japonaise.

               

-Pao pereira : (Pau pereira)

Cette plante est utilisée par les tribus de la forêt amazoniennes qu‘ils boivent en décoction quand ils se sentent affaiblis. notamment quand ils présentent de la fièvre, notamment lors des poussées de paludisme
Seule, l’écorce est utilisée.
Son utilisation médicinale est due aux travaux de Mirko Beljanski, ancien chercheur à l’Institut Pasteur de Paris et  ancien professeur à la faculté de pharmacie (10).
Ses produits sont  actuellement commercialisés par le laboratoire américain Natural  Source Nutridionnal Ltd

Ces produits pour la plupart viennent de plantes : Pao Pereira, Pao tariri, Rowolfia vomitoria, Ginkgo,.
Les principales indications chez l’homme sont l’accompagnement des traitements des cancers et du sida .

Présentations et indications vétérinaires :

Les présentations vétérinaires ont été supprimées, il y a quelques années : il ne reste que la présentation humaine.
Ce sont des gélules dosées à 125 mg d’extrait d’écorce de Pao et commercialisées sous le nom de Pao V par Natural source.

Ce médicament est principalement utilisé en médecine vétérinaire :
- pour stimuler le système immunitaire des animaux, notamment des chats atteints de FIV ou de Felv (action également antivirale). Mon confrère le Dr N. Baudin me dit avoir de bons résultats dans la PIF (surtout dans la forme sèche) notamment avec son complément nutritionnel :ABV visco-CF (5).
- pour combattre les cellules cancéreuses des tumeurs, tout en respectant les cellules saines : cancers hormone-dépendants (mamelles), tumeurs du tube digestif, lymphomes....
-pour restaurer l'immunité durant un traitement de radiothérapie (les lymphocytes).

Posologie :

La posologie chez l'homme est  d'une gélule / 10 kg.
C'est cette posologie que la plupart des vétérinaires ont adoptée dans leur prescription.
Pour un chat de poids moyen, il est prescrit : un 1/ 3 de gélule, 2 fois/jour.
Pour un chien, une demi gélule / 10 kg  2 fois /jour.
Attention, les gélules sont un peu grosses et leur contenu  est amer…
Malheureusement en France, aucune publication vétérinaire n’a été faite sur ce produit et le petit nombre d’utilisateurs garde jalousement  ses indications et ses statistiques pour lui…

Un article plus complet est écrit dans le blog.


Le Polyphore versicolor (Coriolus versicolor) :

Il contient des polysaccharides régulateur de l'immunité notamment un PSK la Krestine, et le PSP
In vitro et in vivo ce mélange de polysaccharides augmente l'activité des cellules qui sont responsables de la défense de l'organisme : les lymphocytes NK (cellules tueuses) qui sont la première ligne de défense de l'organisme et qui stimulent également la réponse d'autres cellules immunitaires (lymphocytes B et T) par l'intermédiaire de médiateurs chimiques.

D'après mon confrère Stéphane Doliger, cancérologue (13) :

"Un polysacharopeptide (PSP) extrait du champignon Coriolus versicolor a montré son efficacité dans le traitement des hémangiosarcomes spléniques, une tumeur de très mauvais pronostic chez le chien (2 mois de survie médiane avec uniquement une splénectomie).
La chimiothérapie de référence  (doxorubicine à 30 mg/m2 toutes les 3 semaines) permet d’améliorer la survie médiane à 180 jours.
Le PSP pris par voie orale à 100 mg/kg après la chirurgie  est aussi efficace que la chimiothérapie de référence : 220 jours de survie médiane !"

Un autre de mes confrères, le Dr Pierre May (3)  l'associe au Reishi (Ganoderma lucidum) et la vitamine D dans les traitements des cancers (mamelles, côlon,poumon...) ainsi que des maladies virales (PIF, FIV, Felv...).

Pour information, une présentation vétérinaire existe depuis le début de l'année 2017 :
 Versikor (ND) Extrait de Coriolus versicolor : 500mg  comprimé de sum lab vet



- La Scrofulaire noueuse  ( Scrophularia nodosa) :

Son nom vient du latin  à cause des nodosités de sa souche.

 Au Moyen-âge, cette plante était considérée comme le remède pour soigner les enflures…, par analogie.
C’est la partie aérienne qui est utilisée en médecine.
Comme l’Harpagophyton elle contient de l’harpagoside, substance aux propriétés anti inflammatoires et antalgiques qui est renforcé par de l’Aucubine. C'est l'AINS de la phytothérapie !


Indications chez les carnivores (chiens) :

a)-Arthroses :
En association :
Affections sub aigue : Scrofulaire + Saule + Reine des prés
Affections chroniques : Scrofulaire + Saule + Cassis

b)-Cancérologie :
Des indications semblables aux Coxib qui sont des anti inflammatoires non stéroïdiens ( par ex. usage du Meloxicam dans le cancer de la vessie).

Comme pour l’harpaphyton, il est parfois observé quelques sensibilités gastriques (vomissements).
Cette plante est contre indiquée en cas d'insuffisance cardiaque et de gestation.

Présentations courantes:
En teinture-mère : 1 goutte /kg.
En EPS : 1 ml / 5 kg (maxi 5 ml)

Remarque : La présentation en  EPS aurait une action supérieure aux macérations alcoolisées.


-Autres plantes :


Le Ginseng (panax ginseng) :

Mécanisme d'action: Le ginseng est une plante adaptogène.
. Il s'associe bien avec l'échinacée en cas d'infection virale.
Le mécanisme d'action des ginsénosides qu’il renferme serait une stimulation de la production hypophysaire d'ACTH, entrainant la synthèse des corticostéroïdes par les glandes surrénales.
La commission E et l'OMS reconnaissent les effets toniques du Ginseng sur l'organisme des personnes fatiguées ou affaiblis. Par ailleurs, des études montrent que cette plante protège contre la grippe et les refroidissements (15).

Une des mes amies vétérinaires m'a dit soigner les lymphomes digestifs du chat avec des plantes en EPS :
le matin elle donne le Ginseng  et l'après midi l'association Cassis + Mélisse. 

Le Thym (thymus vulgaris) :

Cette plante, riche en huile essentielle contient du thymol, du linalol ou du géraniol. Elle est qualifiée d'épi-héliogène par son action sur la régénération tissulaire et sa stimulation des macrophages.
Elle est surtout utilisée sous forme d’huiles essentielles dans le traitement des affections respiratoires.

L’Aubépine (rosa canina) :

Remède des infections et inflammations localisées à répétition telles otites, sinusites, bronchites, rhinopharyngites.
Elle est utilisée en bourgeons (mascérats glycérinés) : 1 goutte / kg /jour.
 Les jeunes pousses sont aussi immunostimulantes (augmentation des gammaglobulines) à condition d'être pris sur une durée de 3 à 6 mois.
Bonne synergie avec le cassis

L’Anamù (petiveria alliacé) :

Plante de la forêt amazonienne et de Cuba, possédant des propriétés anti-inflammatoires, immunostimulantes et anti-tumorale.
Une naturopathe, Mme Carole B-Morin l'utilise dans le traitement du fibosarcome félin en association avec  la Griffe du chat et le Lapacho.
Pour plus de renseignements, il est conseillé d'acheter son livre sur le fibrosarcome félin (11).

L'Artémise annuelle (Artemesia annua) :

Cette plante d'origine chinoise est conseillée par des confrères allemands, Elmar Breuer et le Pr Thomas Efferth, dans le traitement des sarcomes (angiosarcomes et fibrosarcomes canins et félins).
 Pour obtenir une plus grande efficacité thérapeutique, il  faut associer cette plante à la prise concomitante de fer (14).
 Cependant la publication de mes confrères  ne porte que sur une étude de 4 cas. Mais leurs résultats sont pleins d'espoir.
La posologie indiquée pour un chien de taille moyenne est de 500mg, 3 fois/jour et pour un chat de 150 mg, 3 fois/jour.
Pour la prise de fer, ils suggèrent une prise journalière de 100 mg pour un chien de taille moyenne.
Il existe aussi des publications de médecine humaine fort encourageantes (15).
A suivre !

Bibliographie

-Des plantes et ses soins naturels pour mon animal de compagnie du Dr C. Gastinel-Moussour, vétérinaire (Ed. Le Courrier du Livre) (1).
-Dictionnaire Médical Vétérinaire et des produits de santé commercialisés en France (Ed. du Point Vétérinaire).
-Guide pratique de Phyto-Aromathérapie pour animaux de compagnie. Pierre May. (Méd'Com).(3).
-La Médecine Douce des Animaux...une réalité transposable à l'homme ! du Dr G.Lippert, vétérinaire (collection Résurgence).
-Laboratoire vétérinaire ABV (Dr Nicolas Baudin) : aquabiovet@net  (5).
-Phytothérapie de J.Valnet (Ed.Maloine).
-120 plantes médicinales de M.Rombi et D.Robert (Ed. Alpen) (7).
-Guide de Phytothérapie du Dr J.Grünwald et C.Janicke (Ed.Marabout).
-Rajeunir nos tissus avec les bourgeons des Drs M.Tetau et D.Scimeca (Ed G.Trédianel).
-Cancer : l'approche Beljanski  ( Ed. G.Tredaniel) avec la participation du Dr H. Janecek, vétérinaire (10).
-Plantes médicinales Traditions et thérapeutiques de J.Fleurentin (Ed. Ouest-France).
-Les Plantes médicinales et leurs propriétés : manuel d'herboristerie de W.Schaffner (Ed. Delachaux et Niestlé).
-La pharmacie verte : Les plantes qui guérissent :"Plus de 1000 cures naturelles entièrement libres de toxicité" de James A.Duke,Ph.D. (Ed. Modus Santé)
-Revue de "La Phytothérapie Européenne" n° 61 (spécial immunité).
-Le fibrosarcome félin. Le protocole en NATUROPATHIE de Carole B-Morin. (Editions Naturanimaux) (11).
-Stéphane Doliger : https://cancerologieveterinaire.wordpress.com/2013/06/17/coriolus-versicolor-un-champignon-pour-lutter-contre-le-cancer/ et Single Agent Polysaccharopeptide Delays Metastases and Improves Survival in Naturally Occurring Hemangiosarcoma (13).
-Treatment of Iron-Loaded Veterinary Sarcoma by Artemisia annua de Elmar Breuer • Thomas Efferth (14).
-http://www.alternativesante.fr/cancer/l-artemisia-annua-contre-le-palu-et-le-cancer  (15).

-Système immunitaire: comment atteinte l'équilibre  Dr Geo van Snick  La Phytothérapie Européenne n° 85 Mars 2015 (15).

1 commentaire:

Arnaud Veto a dit…


RAPPEL :

Pour poser une question, allez au démarrage du blog.
Aucune réponse ne sera donnée ici.
Merci