Membres

Vos impressions ici :



Écrivez vos impressions sur ce blog et son auteur (et non des demandes de renseignements)

http://www.livre-dor.net/livre.php?livredor=130290.

lundi 6 février 2017

HOMEOPATHIE : La Trousse d’Urgence

 par  le Dr Jacqueline Peker, vétérinaire.


L’Homéopathie n’est pas seulement la médecine des cas chroniques.
Bien adaptée aux symptômes, elle peut devenir une médecine
d’urgence. Mais, pour un propriétaire, si averti soit-il, il ne peut être
question de se substituer à un vétérinaire

. L’important c’est de pouvoir
éviter le pire, et soulager sans nuire.

Chaque observation du propriétaire peut aider, par la suite, à la mise en
place d’un diagnostic et d’un traitement.
La forme galénique la mieux adaptée aux animaux est la forme
« granules ». Avec les dilutions 5 et 7CH, il faut répéter les prises
plusieurs fois par jour jusqu’à l’amélioration. Aussi, nous vous
conseillons d’adopter la dilution 9CH, qu’on administre deux fois par
jour.
La trousse d’urgence sera toujours à portée de mains : dans la maison
et dans la voiture au moment des départs en vacances et pendant tous
les déplacements. Une petite mallette peut parfaitement convenir pour y
installer quelques flacons de Teintures mères, quelques tubes de
pommades homéopathiques et les tubes de granules indispensables en
cas d’urgence.
Il est important de savoir exactement ce qui vient de se passer, que la
cause vienne de l’extérieur ou de l’intérieur.


LES TEINTURES MÈRES (T.M) :

Sont préparées à partir de substances végétales – qui sont des plantes
fraîches c’est-à-dire récoltées à l’état sauvage, dans leur habitat naturel,
sans engrais chimiques ou pesticides, et mises en fabrication dès les 24
à 48 h. après leur récolte.
Les substances végétales sont plongées dans une solution alcoolique
pendant plusieurs semaines et deviennent après expression et filtration
les « Teintures mères » ou T.M que vous aurez en permanence dans
votre trousse. Elles vous seront fournies par un pharmacien, en flacons
de verre bien bouchés. Vous leur épargnerez la lumière et la chaleur.
Elles sont utilisées pures ou diluées dans un peu d’eau minérale.
- CALENDULA T.M : pour son action antiseptique et antalgique
(piqûres d’insectes).
- ECHINACEA T.M : utilisée pour toutes les plaies anfractueuses


LES POMMADES HOMÉOPATHIQUES :

- A base de Calendula : pour l’action antiseptique, cicatrisante et
antalgique.
- A base d’Arnica pour l’ action antalgique locale, lors de n’importe quel
traumatisme.
Certains laboratoires offrent toute une gamme d’huiles et de gel plus
faciles à utiliser que les pommades.
Attention à bien conserver ces produits parfaitement bouchés et à l’abri
de la chaleur.

LES GRANULES :

Ce sont de petites sphères d’un mélange de saccharose et de lactose
pesant 5cg environ, imprégnées à l’aide de la solution hahnemanienne
dont elles prennent la dénomination :
- Arnica 9 CH
- Nux vomica 9CH.
Chez le cheval et les animaux d ‘élevage, on donne de 5 à 10 granules
par prise. Chez les animaux de compagnie on a l’habitude de donner 3
granules.
Ce n’est pas le poids de la substance active qui compte mais sa force
énergétique due essentiellement au mode de fabrication : dilution puis
dynamisation.
Les granules peuvent être déposés à l’intérieur de la bouche ou
mélangés à un peu de sucre, d’eau… avec ce que l’animal préfère.
LISTE DES TUBES DE GRANULES INDISPENSABLES
- ACONIT 9CH : (Aconit napellus dont on utilise la plante entière fleurie
récoltée en fin de floraison)
Le médicament est marqué par le froid sec + soudaineté des troubles +
anxiété du malade.
Ainsi le malade semble brusquement fiévreux, angoissé, mal dans sa
peau. Ces troubles peuvent être consécutifs à un refroidissement ou à
un coup ce chaleur. Il peut y avoir de la toux, une myoglobinurie, une
angine,une sudation excessive En tout début de colique, Aconit 9CH
peut être administré toutes les 10 minutes.
- ALLIUM CEPA 5CH : (l’Oignon ou Allium cepa dont on utilise le
bulbe)
Rhinites aigues (avec souvent extension aux voies respiratoires
supérieures), en relation avec tous les allergènes saisonniers. Eviter les
entraînements ou les longues promenades sur sol mouillé.
Il y a toujours aggravation par le froid humide et les courants d’air.
- APIS 9CH : l’abeille vivante – Apis mellifica – qu’on utilise en entier.
Tous les oedèmes, rosés, douloureux, apparaissant brutalement et à
n’importe quel endroit : articulations, peau, gorge…
- ARNICA MONTANA 9CH dont on utilise la plante entière vivace.
. Tous les traumatismes physiques douloureux provoqués par des
coups, un effort intense,le surmenage,la chirurgie…
. Tous les traumatismes psychologiques : émotions, transports,
changements de vie
- ARSENICUM ALBUM 9CH : anhydride arsénieux
L’animal est agité et vite épuisé. Il présente des douleurs digestives avec
diarrhée, des troubles asthmatiformes, aggravés la nuit.
- BELLADONNA 9CH : Atropa belladonna dont on utilise la plante
fleurie entière.
Les symptômes sont chaleur (fièvre), douleur (tressaillements
musculaires ou coliques), rougeur… apparaissant brutalement
provoquant une grande sécheresse des muqueuses.
- BRYONIA 9CH : la Bryone dioica, plante grimpante vivace, dont on
utilise la racine
Le malade présente un état fébrile avec soif intense, sécheresse de la
peau et des muqueuses, avec douleurs fixes aggravées par le
mouvement mais améliorées par une pression forte.
- CANTHARIS 9CH : Lytta vesicatoria ou cantharide, et on utilise
l’insecte desséché.
Indispensable pour le traitement immédiat des brûlures cutanées avec
vésicules et des cystites (hématuriques ou non).
- CAUSTICUM 9CH :
Le symptôme principal est la « raideur » provoquée par un entraînement
intensif, sous un vent froid et sec, raideur accompagnée par une petite
trachéite et une inflammation de la muqueuse oculaire.
- CHINA 9CH : c’est le quinquina – Chinchona div. –
dont on utilise ,l’écorce sèche.
Indispensable lorsqu’il y a une perte de liquide importante après une
hémorragie ou une diarrhée
- COLOCYNTHIS 9CH ou Citrillus colocynthis
dont on utilise la pulpe du fruit desséché.
Correspond à un état coliqueux qui semble tout particulièrement
douloureux, à une névralgie crampoïde au niveau d’un membre qui est
soulagée par la flexion.
- CUPRUM METALLICUM 9CH ou Cuivre
C’est le remède indispensable de toutes les crampes d’apparition subite,
aggravées par le froid.
- GELSEMIUM 9CH et 15CH : c’est le Gelsemium sempervirens ou
Jasmin de la Cardine dont on utilise la partie souterraine.
Correspond au TRAC sous toutes ses formes avec tremblements,
phobies, obnubilation… aggravé par un temps orageux et marqué par le
refus de boire.
A titre préventif, on pourra donner quelques granules de Gelsemium
15CH avant un déplacement, un entraînement, une exposition, un acte
chirurgical…
- GLONOINUM 5CH ou Trinitrine
Sera associé à Belladonna dans le traitement du coup de chaleur
- HEPAR SULFUR 9CH :
Pour toute menace d’abcès,de suppuration avec oedème et sensibilité au
moindre contact.
- HYPERICUM 9 CH : Hypericum perfoliatum dont on utilise la plante
entière fleurie.
Indispensable pour toute douleur intense, traumatique ou spontanée, au
niveau d’une terminaison nerveuse.
- IGNATIA 9 et 15CH : fève de Saint-Ignace – Strychnos ignatii dont on
utilise la graine sèche.
Indispensable à toute hyperémotivité et comportement paradoxal
provoqué par une contradiction : transport, modification d’un
entraînement, changement de personnel…Il peut y avoir simultanément
une petite toux sèche, un appétit capricieux, des mictions trop
fréquentes…
Chez les animaux hypersensibles on pourra donner 10 granules d’Ignatia
15CH avant un transport, une épreuve difficile.
- LEDUM PALUSTRE 5CH ou Ledon des marais dont on utilise les
rameaux feuillés.
A donner immédiatement pour lutter contre le prurit provoqué par les
piqûres d’insectes et pour améliorer la cicatrisation des plaies
provoquées par des objets pointus.
- LYCOPODIUM 7CH : Lycopode ou Lycopodium clavatum dont on
utilise les spores sèches.
C’est surtout un médicament des états chroniques du foie, pourtant les
animaux présentent des épisodes aigus avec fatigue, intolérance
alimentaire, météorisme, constipation…
- NUX VOMICA 9CH : la noix vomique ou Strychnos nux vomica, dont
on utilise la graine sèche.
C’est le médicament indispensable des animaux hyperexcitables,
irritables, coléreux et gênés par des troubles digestifs spasmodiques et
des troubles de l’appétit.
- PHOSPHORUS 9CH ou Phosphore blanc.
Convient à tous les animaux dont le système nerveux est hyperactif à
tous les niveaux : psychisme, peau, sommeil, appareil digestif…On
rencontre souvent des saignements de nez, une toux sèche, une
accélération du rythme cardiaque…
- RHUS TOXICODENDRON 9CH : Sumac ou Rhus toxicodendron dont
on utilise les jeunes rameaux feuillés récoltés à la fin de l’été.
Correspond à une raideur articulaire douloureuse aggravée par
l’immobilité et l’humidité. La peau est souvent couverte de petites
vésicules très prurigineuses.
- RUTA 5CH : la Rue ou Ruta graveolens dont on utilise la partie
aérienne dépourvue de parties ligneuses et récoltée avant le début de
la floraison.
Indispensable pour toutes les douleurs des tendons, des ligaments,des
muscles…sans cause apparente mais provoquées par le surmenage.
- SILICEA 9CH ou Silice.
Indispensable pour assainir une suppuration car Silicea permet
l’écoulement du pus.
Médicament très intéressant pour favoriser une bonne calcification.
- SYMPHYTUM 9CH la Consoude ou Symphytum consolida dont on
utilise la racine.
Indispensable à la consolidation des fractures surtout s’il y a de la
douleur (suros chez le cheval).
- THUYA 9CH ou Cèdre blanc ou arbre de vie ou Thuya occidentalis
dont on utilise les rameaux récoltés de préférence au printemps.
Ce n’est pas un médicament d’urgence, mais il mérite d’être présent
dans la Trousse d’urgence, non seulement à cause de son action sur les
suppurations chroniques, les verrues, les néoformations cutanées de
toute sorte…mais parce qu’il évite les intoxications médicamenteuses et
les maladies iatrogènes trop souvent provoquées par les médicaments
chimiques.
On pourra donc administrer une dose ou 10 granules ,deux ou trois fois
de suite,à une semaine d’intervalle,dans tous les cas de traitements
allopathiques prolongés.
POUMON-HISTAMINE 15CH
C’est le médicament n°1 de toutes les manifestations allergiques quelle
qu’en soit l’origine et qu’elle qu’un soit la manifestation symptomatique.


C’est cela l’Homéopathie…
une observation parfaite, des symptômes…
des médicaments qui correspondent parfaitement…
des prises faciles…
une réponse rapide
et sans troubles secondaires
.

mardi 13 décembre 2016

LE DIABÈTE sucré chez les carnivores  :
Traitements d'homéopathie et de phytothérapie
















  (Plantigradie chez un chat diabétique-photo de MSD)


Cette maladie est due à une insuffisance de sécrétion d'insuline par le PANCRÉAS.

Les cellules endocrines, les « îlots de Langerhans » ne produisent plus assez de cette substance nécessaire au catabolisme des sucres.
Il s'est suit une une hausse des sucres dans le sang (hyperglycémie) qui va entraîner de graves désordres dans l'organisme.
Elle concernerait environ un chat sur 200 et un chien sur 300 ( Dr Valérie Lacoste) 

Étiologie :


C'est une maladie multifactorielle. Certains diabètes peuvent être secondaires à d'autres maladies (Cushing par ex.) ou à des traitements (corticoïdes par ex.).
D'après les Pr Moraillon , Legeay et coll. il  existe plusieurs types de diabètes sucrés chez les carnivores  :


-les diabètes « primaires » :
  • diabète « juvénile » affection auto-immune : rare
  • diabètes primaires de l'adulte dont les facteurs sont auto-immuns, environnementaux, génétiques...
-les diabètes « secondaires » :
      • à des maladies endocriniennes : l'obésité,  l' hyper-corticisme (Cushing par ex.), l'acromégalie du chat, l' hyper-estrogénie de la chienne ( =chaleurs trop fortes)...
      • des médicaments toxiques : cortico- stéroïdes comme la cortisone, acétate de mégestrol (= pilule contraceptive).

        D'après le Dr Valérie Lacoste du laboratoire MSD santé animale : "certains facteurs augmentent le risque tels l'obésité et certains animaux semblent prédisposés comme les chats castrés ou les chiennes non stérilisées".



Les symptômes :


-un syndrome de polyurie / polydipsie avec glucosurie : " il boit et il pisse" !
-une polyphagie : "il a tout le temps faim" !
-une perte de poids : " il maigrit" ! (pas toujours).



Les complications sont nombreuses :
cataracte bilatérale ( surtout le chien)
infections bactériennes secondaires (pyodermite, cystite, maladies parodontales...).
Stéatose hépatique
insuffisance rénale
plantigradie chez le chat : "lorsqu'elle est présente (10 à 20 % des cas) , elle est quasi pathognomonique du diabète sucré chez le chat " (Dr Dan Rosenberg)
hypertension
acidose-cétose
troubles neurologiques



En cas de diabète grave  (acido-acétose) :
anorexie, déshydratation, vomissements, respiration lente et ample, dépression, coma....



Le diagnostic :

Il passe par une prise de sang réalisée à jeun de la glycémie.
Son interprétation doit rester prudente chez le chat car elle peut être augmentée par des facteurs comme le stress : "des hyperglycémies voisines de 4 g peuvent être observées dans un quart des cas d'hyper glycémie de stress" (Dan Rosenberg).
Certains anesthésiques utilisés pour la contention (médétomidine, xylazine) peuvent aussi fausser le résultat.
En cas de doute, il faut aussi doser les fructosamines.
Le dosage de l'insulinémie peut être aussi effectué pour un meilleur suivi thérapeutique.



Les traitements :



1)- diététique :


-les aliments industriels :
Les fabricants commercialisent des aliments pour cette pathologie. Le mieux est de consulter un vétérinaire.

-la nourriture ménagère :
les protéines : il est conseillé de donner des protéines de qualité : viande blanche, poisson, bœuf maigre.
les glucides sont apportés par du riz, des pâtes, des sucres lents
les légumes : à éviter les carottes qui sont des sucres rapides.

Il est important de traiter l'obésité, une des causes possible du diabète :  les cellules adipeuses des sujets obèses produisent des cytokines responsables de la résistance à l'insuline.
 La réduction d'apport d'aliments doit être réalisée en douceur pour éviter une lipolyse brutale et un risque d'acido-acétose. Donnez alors des glucides à action lente pour compenser. cette réduction de nourriture.
Veuillez à ce que l'animal dispose toujours de l'eau (fraîche) à proximité.



2)- thérapeutique :

a)-allopathique :

C'est l'insulinothérapie qui est le traitement allopathique de choix chez les carnivores.
Les injections se feront au moment des repas. Il est bon d'agiter doucement le flacon et le réchauffer dans la paume de la main avant l'injection. Il faut changer aussi le point des injections.
Il existe différents type d'insuline (rapide, retard). Le choix sera celui du vétérinaire traitant qui l'adaptera au type de diabète. Ce n'est pas l'objet de cet article.



b)-homéopathique :

L'homéopathie peut suffire en cas de diabète léger ou être complémentaire d'une insulino-thérapie , surtout en cas de difficulté à « équilibrer un diabète »  notamment chez le chat. où parfois une unité d'insuline en plus ou en moins change la donne !


-Phosphorus 15 CH :
C'est le remède de l'insuffisance pancréatique qu'elle soit endocrine (diabète) ou exocrine (digestif) : 2 prises par jour.
-Lycopodium 5 CH :
C'est le remède à donner chaque fois qu'il y a un ralentissement d'une fonction de l'organisme ou qu'elle est insuffisante, un ralentissement du métabolisme général  : foie, rein,... (2).
Dans les maladies chroniques, il faut toujours commencer Lycopodium en basse dilution pour éviter une aggravation indésirable ! 2 prises par jour.
-Pancréas 4 CH :
pour stimuler un pancréas épuisé : 2 prises par jour. Il agit aussi sur le pancréas exocrine.
-Insulinum 4 CH :
pour stimuler la production d'insuline par la pancréas : 2 prises par jour.
-Glucagon 30 CH :
pour freiner la production de glucagon, hormone du pancréas qui stimule la décomposition du glycogène (la réserve du sucre) en glucose dans le foie.
-Uranium nitricum 9 CH :
en cas d'amaigrissement malgré un gros appétit. La soif est vive avec une polyurie abondante. Une certaine aversion pour la viande.
-Sulfur  9 CH :
Ce remède s'adresse à de gros mangeurs , sujets aux allergies (peau, asthme...).
Il ne sera donné qu'une fois par semaine. C'est le remède de fond du diabète gras.
-Acetum acidum 7 CH :
Ce remède est indiqué en cas d'acidose du sang.

L'oligo-thérapie :

Il est conseillé d'associer des oligoéléments comme le chrome (Glucochrome par ex.) et le zinc (Blende DH 8 par ex.), le premier stimulant les récepteurs à l'insuline, le second qui freine la peroxydation lipidique et protège de la glycation. De plus le zinc est présent dans les ilots de Langerhans, cellules productrices de l'insuline. Il les protège du stress oxydatif.

Bibliographie :

- Dictionnaire Pratique de thérapeutique Chien, chat, Nac de Robert Moraillon et coll. (Edition Elsevier-Masson).
- Guide pratique d'homéopathie chez le chien, le chat, les Nac de Marie Noëlle Issautier (Edition du Point Vétérinaire).
 - L'homéopathie vétérinaire Dr Henri  Quiquandon , Dr Stanislas Kubicz (le Point vétérinaire)
 -Dictionnaire d'homéopathie pour nos animaux de compagnie Dr Philippe de Wailly (Edition du Rocher).
-Homéopathie vétérinaire de la théorie à la pratique de J.Millemann et P.Osdoit (Edition Pietteur)
- La bible de l'homéopathie Dr Alain Paul   (le Courrier du livre).
- Homéopathie : guide pratique d'Albert-Claude Quemoun ( Edition Quotidien malin)
- Homéopathie : connaissances et perspectives Alain Hortvilleur et coll. (Elservier éditions)
-Phytothérapie et homéopathie Danielle Roux et Albert-Claude Quemoun  : associations possible (Le     Moniteur des pharmaciens)
-Nouvelles cliniques de lithothérapie déchélatrice de Max Tetau et Daniel Scimena (Editions Similia.
 +
-La dépêche Vétérinaire n° 1274 : "novembre, mois du diabète animal"  par Dan Rosenberg, vétérinaire et la boratoire MSD santé animale.
-www.diabete-chien-chat.com.fr :  site d'accès pour les vétérinaires et les propriétaires.


c)- de phytothérapie :


La phytothérapie pourra être prescrite en cas d'un diabète léger ou en complément de l'insulinothérapie.

1)- les plantes à mucilages :

Elles ont un effet négatif sur l'absorption des glucides et des graisses au niveau intestinal, en formant un gel qui diminue leur assimilation.
Le Fenugrec (Trigonella graecum) :
La gousse de cette plante régularise bien la glycémie post prandiale et sera pris après chaque repas.
Il existe en EPS.



2)- les plantes hypoglycémiantes :

-Le Noyer (Juglans regia L) :
Les feuilles de cette plante agissent sur la pancréas dans sa totalité.
Cette plante peut être prescrite à la fois pour soutenir aussi bien le pancréas exocrine (celui de la digestion) que le pancréas endocrine, celui qui régule la glycémie. Il stimule la sécrétion d'insuline
Il existe en EPS et en gémmothérapie.


-L'Olivier  (Ollea europea L):
Les feuilles de cette plante améliore l'action de l'efficacité de l'insuline.
IL existe en EPS et en gémmothérapie.


-La Myrtille (Vaccinium myrtillus) :
La feuille de myrtille contient une glucoquinine hypoglycémiante.
Elle existe en EPS.


-Le Ginseng (Panax ginseng) :
Par la présence de ginénosides, il diminue la glycogenèse hépatique.
Il existe en EPS.


-Le Gymnéna sylvestre (Gymnena sylvestris) :
Il améliore le fonctionnement des ilôts de Langerhans qui produisent l'insuline.
Il existe en EPS.

Il existe d'autres plantes qui seraient à ajouter à celles ci.
Des laboratoires vétérinaires commercialisent des préparations" prêtes à l'emploi" comme Phyto-diabète de Phyto-compagons. ou Cani phyt-diabète de Cani phyt' . Je n'ai pas eu l'expérience de leur usage en clientèle.


Rappels :


-Les EPS sont des Extraits de Plantes fraiches Standardisés.
La posologie chez les carnivores est d'un ml pour 5 kg de poids par jour avec un maximum de 5 ml.
Ils sont surtout utilisés en médecine canine car il est souvent difficile de faire prendre des plantes à des chats à cause de leur odeur et de leur goût !
Des associations sont possible comme Olivier + Noyer.

-La gémmothérapie est une méthode thérapeutique qui utilise des bourgeons frais végétaux pour se soigner, riches en principes actifs.
Elle est prescrite en macérats glycérinés à la dilution DH 1. La posologie est d'une goutte par kilo et par jour. Attention les macérats sont alcoolisés et il est parfois difficile de les faire prendre à des chats, malgré la faible quantité d'alcool donnée.



Bibliographie :

-Guide pratique de phyto-aromathérapie pour les animaux de compagnie de P.May, vétérinaire (éditions Med'com).
-Soins naturels pour le chien de F.Heitz, vétérinaire (édition Ulmer).
-Phytothérapie et homéopathie de D. Roux et A.-C Quemoun.
-Guide de gemmothérapie familiale Dr M.Tetau et D.Scimena (Guy Trédaniel éditeur)



samedi 10 décembre 2016

 L'Alimentation du chat

 (par Delphine Bez)

 

 

 Mon matou est un expert en nutrition...

A la campagne où nous vivons, il chasse - pour les manger - rongeurs, oiseaux, lézards, petites grenouilles, insectes ! Sans moi, il survivrait ! Mieux, il ne souffrirait d’aucune carence nutritionnelle. Ce beau jaguar apprivoisé est comme le vôtre : le fier descendant de millions d’années d’évolution, de Félis Silvestre, à Félis Silvestre Catus, apprivoisé il y a moins de 10 000 ans : un carnivore, conçu par la nature pour prospérer en tant que prédateur.
Son organisme entier est adapté à ces exigences :
-une mâchoire conçue pour déchirer la chair (il n’a pas de molaires plates pour broyer)
-un estomac hyper acide (PH entre 2 et 4 chez l’homme, entre 1 et 2 chez le chat)
-un intestin très court (11 % du poids corporel chez l’homme, 3% seulement chez le chat !) et un transit rapide (12 à 24 h)
-des enzymes, et une flore intestinale adaptés à son mode d’alimentation

Quel est en détail le profil nutritionnel de l’alimentation du chat, à l’état sauvage ?


L’étude la plus aboutie semble nous venir de la Faculté de Médecine Vétérinaire d’Utrecht aux Pays Bas. En 2011, les Docteurs Esther A. Plantinga, Guido Bosch, et Wouter H.Hendriks ont compilé plus de 50 études différentes sur l’alimentation des chats féraux (chats vivant dans la nature sans interaction avec l’homme). (1)
Il en ressort que l’animal se nourrit à 78 % de petits mammifères, 16% d’oiseaux, et 6 % de reptiles, petits batraciens et insectes. (Cela vous rappelle quelqu’un ?)
En moyenne, ces proies sont constituées à 69,5 % d’humidité.
En pourcentage de la matière sèche, le profil nutritionnel est le suivant :
Protéines: 62,7%
Lipides : 22,8%,
Cendres: (minéraux) 11,8%
Glucides: 2,7%

Les premiers Félis Catus souffraient-ils d’insuffisance rénale, d’obésité, de calculs ou de cancers comme leurs descendants ? Que s’est-il passé ? Le changement d’alimentation est-il en cause ?

Que contient votre aliment industriel ?

L’analyse nutritionnelle de votre aliment industriel est-elle claire sur l’étiquette ?
De toute évidence, non. Commencez par chercher le taux de glucides : vous ne le trouverez pas ! Il faut le calculer… C’est une soustraction très simple :
100 - % de protéines - % de lipides - % de fibres - % de cendres - % d’humidité.
= % de glucides.
Trouverez-vous un profil nutritionnel semblable à celui évoqué ci-dessus, et conçu par mère nature ?
Voici l’analyse d’une croquette au poulet pour chat adulte de la marque X. dont le slogan est :
« Votre chien et votre chat sont avant tout des carnivores. »
Protéines: 31%
Lipides : 16%,
Cendres: (minéraux) 8%
Humidité 7%
Fibres 3%
Calcul fait, le taux de glucides est de … 35% !
Comment passe-t-on de moins de 3 % de glucides dans l’alimentation naturelle du chat, à ces taux faramineux ? Dans la nature, les seuls glucides sont ceux ingérés par la proie, présents dans l’intestin, ils sont prédigérés. Ou encore le glycogène contenu dans le foie ou les muscles. Notre Félis Catus n’est pas conçu pour mâcher, ni digérer des céréales, féculents, ou légumes. Son organisme ne produit pas les enzymes nécessaires à leur bonne assimilation. Il est spécialisé, c’est un carnivore strict.
Deux mots qui sont mal compris de tous :
- carnivore
- strict.
Les croquettes prises pour exemple sont dans la norme de ce qui est fabriqué aujourd’hui. Pire, la marque se targue d’offrir un aliment « respectueux du chat », puisque « sans céréales ». A la place, on trouve… des patates ! Le courant récent du « sans céréales » n’est pas tout. Souvent, l’on trouve en remplacement d’autres glucides, riz, tapioca, pois, de la luzerne… Les pâtées ne sont pas épargnées.
Notre belle panthère, nourrie comme les poules, au maïs, est-elle aussi devenue omnivore, ou bien un ruminant ?
Les raisons de la présence des glucides sous toutes les formes sont nombreuses : Ils remplacent, dans le ratio, les protéines, qui coûtent plus cher ! Mais ils sont aussi indispensables à l’agglomération de la croquette industrielle. Un fabricant allemand bien intentionné a réussi à descendre à 3% ! C’est une rareté…
De toute évidence, le chat ayant à courir et chasser pour sa nourriture ne tire pas son énergie des glucides ! Sans quoi, l’espèce ne serait pas arrivée jusqu’à nous. Alors, imaginons notre chaton couché sur le radiateur, gavé à 35 % de glucides inutiles… Sa source d’énergie, sont les protéines et les lipides.
Bien sûr, un chat peut aimer nous chiper une pomme de terre, ou un morceau de pain, il n’en tombera pas malade… Comme un enfant aime les chips, cela n’en fait pas pour autant pour lui un aliment adapté. Les glucides dans l’alimentation du chat sont causes de diabète, d’obésité, alimentent les tumeurs, produisent des selles volumineuses et mal odorantes, et distendent les intestins au fil du temps.
Un petit tour d’horizon des croquettes « de vétérinaire » pour chats diabétiques : elles contiennent entre 19 et 23% de glucides… Cherchez l’erreur ?

Un autre chiffre doit alerter : Humidité : 7 % ! 

 
C’est dix fois moins que l’alimentation naturelle du chat ! En comparaison, les pâtées contiennent en moyenne 80% d’humidité, soit un peu plus qu’une proie : ce régime paraît plus adapté : par nature, le chat, sans doute originaire du désert, tire l’eau de son alimentation et ressent peu la soif. Une étude française du Professeur Bernard Marie Paragon, ENV Alfort, agrégé de nutrition, a démontré qu’un chat nourri aux croquettes ne boit jamais l’équivalent en eau, de l’humidité manquant à son aliment.
Cette donnée met directement en cause l’alimentation sèche - même s’il existe d’autres facteurs - dans l’insuffisance rénale et les maladies du bas appareil urinaire tels que les cystites, et cristaux.
Le rôle de l’aliment sec est également évoqué dans les phénomènes inflammatoires gastro intestinaux.

Où sont les protéines… et quelles protéines ?

Le pourcentage de protéines indiqué ne dit pas tout. Si l’on prend un vieux soulier, l’on obtiendra un taux de protéines significatif, cela ne signifie pas que l’ingrédient est nutritif, encore moins qu’il est digeste ! Ainsi, les « sous-produit animaux » (pattes, becs et autres déchets de nos abattoirs) listés dans les ingrédients, ne sont pas des aliments de qualité…
Quant au soja, qui a fait son apparition dans les formulations hypo allergéniques, il ne possède pas la moindre valeur nutritive pour le félin.

Carnivore, strict.

Le chat tire son énergie, et ses nutriments des protéines et des lipides d’origine animale. Il est connu aujourd’hui que son organisme ne sait pas transformer les vitamines d’origines végétales (ainsi, la carotte ne lui apporte aucune vitamine A, qu’il tire en revanche du foie de ses proies), les acides gras EPA et DHA des omégas 3 des huiles végétales ne sont pas assimilées (les huiles de krill ou de poisson sont préférables à l’huile de lin).
Si tous les légumes ne sont pas nocifs (le potiron en purée, la courgette, sont surtout sources d’humidité dans la ration) leur apport en glucides soit être surveillé. Leur apport en fibres est limité en petites quantités. En revanche, les légumes peuvent fermenter, d’autant que l’intestin n’est pas apte à leur digestion, et produire des selles volumineuses et odorantes. En outre, les légumes vert foncé comme les haricots, mais aussi les carottes, contiennent des oxalates, pouvant en excès favoriser les calculs…

Voulant bien faire, l’homme moderne abreuvé des messages nutritionnels à son attention (mangez des céréales, 5 fruits et légumes par jour…) a imposé au chat un régime qui n’est pas le sien… L’industrie, le marketing sont aussi passés par là ! Si l’évolution a doté le chien domestique d’une plus grande tolérance alimentaire, notre panthère demeure un être à part.

Quelle alimentation choisir ?

Armé des fondamentaux sur les ratios nutritionnels du chat, nous pouvons donc enfin exercer notre choix ! Malheureusement pour beaucoup, un aliment de qualité n’est pas le plus économique… Il existe de très nombreuses façons de nourrir son chat, et de fait, les maîtres sont souvent réticents à changer…
« On a toujours fait comme ça », « mon vétérinaire dit que… », « c’est plus pratique comme ça !»
Citons :
Les restes de table : nos grands-parents faisaient ainsi ! Ces repas occasionnent de sérieuses carences. Néanmoins, souvent à la campagne, le chat de la maison chassait aussi les oiseaux et les mulots…

L’alimentation sèche de supermarché :  souvent le bas de gamme, même si le sachet est joli ! Beaucoup de sous-produits, et un ratio - à calculer - protéines/glucides défavorable.

Les pâtées de supermarché :  idem, mais avec l’avantage de l’humidité.

Les croquettes « de vétérinaire » :   Calculez votre ratio, que dit-il ? Le plus faible taux de glucides est tombé à 18% chez une grande marque qui a récemment découvert le « sans céréales » ! Mais met tout de même du riz …
Les taux de vitamines et minéraux sont plus fiables dans ces aliments, mais ce sont toujours des suppléments ajoutés après les très hautes températures du process industriel.

Les aliments « sans céréales » :  vendus en magasin ou sites spécialisés, ils ne sont pas forcément sans glucides ! cherchez les légumineuses, pois, et autres riz ou patates, calculez le ratio !

La ration ménagère improvisée :  du filet de poulet ou du poisson, méli-mélo de légumes… c’est le repas le plus déséquilibré ! S’il représente plus de 10 ou 15 % du quotidien, il entraîne des carences diverses. Un chat en liberté ne mange pas du filet, mais un animal entier : cerveau, abats, os ! qui apportent un équilibre en minéraux, vitamines et un ratio parfait.

La ration ménagère avec supplément vitaminé :  généralement cuites, la plupart des recettes proposées contiennent des légumes et féculents. Les complexes vitaminés viennent compenser l’absence d’os (calcium) et d’abats. Cependant, le ratio calcium/phosphore de ces suppléments ne tient pas compte des apports très différents contenus dans les différentes viandes à disposition… A l’arrivée, l’équilibre en minéraux est donc incertain.

Le cru :  cette ration ménagère vise à reproduire le plus fidèlement possible la composition naturelle d’une proie. Elle comprend des morceaux à mâcher, préparés au préalable et congelés dans des sachets : on y trouve environ 10% d’abats, 10 % de petits os entourés de 80% de viande. L’argument est de proposer au chat le plus de nutriments naturels, et non artificiels ! Certains peuvent néanmoins y être ajoutés comme la vitamine E pour une meilleure conservation, de la taurine (qui peut se dégrader un peu au congélateur), de l’iode, un complexe de vitamines B... L’équilibre nutritionnel ne se trouve pas forcément dans chaque portion, on cherche le plus souvent à l’atteindre sur plusieurs jours. La transition vers le cru en morceaux peut être un défi pour un chat adulte qui n’y est pas accoutumé !

Le cru passé au hachoir :  des proportions très précises des mêmes aliments et vitamines sont passées au hachoir à viande, et soigneusement mélangées : à la différence des morceaux, elles garantissent l’équilibre de chaque bouchée, et empêchent le chat de « trier » ce qu’il aime ou non. Cette ration (qui peut au début être mi- cuite) est aussi plus facile en transition.
La critique des puristes est qu’elle ne permet pas au chat de mâcher, mais on peut y ajouter des morceaux. Le fait de hacher la viande et donc l’exposer brièvement à l’air entraîne aussi une légère déperdition de certains nutriments, l’ajout de ceux-ci en poudre (gélules), bien calculés, permet cependant d’y remédier.
Notons que l’ajout de suppléments semble incontournable dans la ration crue la mieux formulée : en effet, les proies sauvages sont bien plus riches nutritivement que nos animaux d’élevage industriel, et même bios !
Beaucoup de vétérinaires tentent de détourner les propriétaires de ce mode d’alimentation, prétextant un risque de contamination microbienne. C’est méconnaître l’acidité légendaire de l’estomac du félin, qui ne se promène pas dans la nature avec son petit réchaud…
Quelle qu’elle soit, la ration ménagère demande sérieux et précision. Sa composition doit être adaptée en cas de maladie. Sans être compliquée, elle demande de la disponibilité, et un grand frigo/congélateur !

Enfin, l’alimentation mixte :  croquettes et pâtée, pâtée et ration ménagère… ce mode d’alimentation est de plus en plus fréquent, et très utilisé en transition. Attention toutefois, à ne pas donner ensemble ces aliments, dont la nature impose un mode de digestion tout à fait différent.

Éclairé aujourd’hui par de nombreuses sources d’informations, le maître du chat, responsable, peut exercer son esprit critique, observer, remettre en question, comme il le ferait pour lui-même ! Le choix de l’aliment lui revient alors, en fonction de son temps et de ses moyens….

La transition alimentaire :


Le chat, carnivore spécialisé, n’a pas notre facilité à changer de menu ! Sa digestion souffre des changements brutaux, et un changement d’aliments doit se faire progressivement, sur plusieurs semaines, sous peine de lui infliger des diarrhées. Celles-ci découragent beaucoup de propriétaires, qui concluent que « cet aliment ne lui convient pas ! ». En réalité la substitution (ou l’ajout) doit d’abord se faire à 15%, puis un peu plus chaque 2 ou 3 jours…
Ceci est aussi valable d’une croquette à une autre, si les taux de protéines, lipides et glucides sont très différents !
Ainsi, les humains de la famille doivent être patients. Surtout, lorsque le félin fait la fine bouche ! Ainsi, le passage aux pâtées peut être plus ou moins bien accepté : ne pas se décourager, acheter d’abord en petits conditionnements (100g ou moins). Ce que le chat difficile peut bouder avec insistance aujourd’hui sera peut-être son aliment préféré dans quelques semaines ! Ce n’est qu’avec un peu de temps que l’on voit ce qu’il n’apprécie vraiment pas.

Le passage au cru est plus facile après une transition aux pâtées, puis au mi- cuit. Mais certains chats sont naturellement très attirés vers le cru ! Cela dépend donc de l’animal. Celui qui veut abolir les croquettes sera bien inspiré de ne laisser aucun sachet à la maison à la fin de la transition ! Le chat, accro aux additifs qu’elles contiennent, sentira la moindre croquette cachée dans la maison…

L’alimentation pour chats malades:

Il est impossible de conseiller à tous telle pâtée (formidable) ou telle recette (équilibrée !) En effet, si votre chat est souffrant, ou bien âgé, il y a de fortes chances que ses maux impliquent une réadaptation de son alimentation !
Pour exemple, problèmes rénaux, ou urinaires nécessitent une alimentation humide, et des taux de minéraux bien spécifiques, sous peine d’entretenir ou d’aggraver ses maux.
Un chat souffrant de problèmes de foie ou pancréas doit impérativement se nourrir de protéines très digestes, humides, peu diversifiées et d’excellente qualité, avec peu de lipides, et moins de glucides.
Un chat obèse ou diabétique doit abandonner les croquettes pour un aliment humide moins calorique et à faible valeur glucidique. A poids égal, une croquette est en moyenne quatre fois plus calorique qu’une pâtée !
L’alimentation est souvent est souvent en cause dans de nombreuses affections. Lorsque le chat tombe malade, elle est souvent aussi le premier levier pour un retour à l’équilibre !


Delphine Bez,  Grand Reporter à France Télévisions.

Corespondance de Delphine le 24 décembre :

"Venez rejoindre le forum ami http://www.nutrition-chat-chien.org/forum/ pour y partager les discussions sur l'alimentation ! Il y a beaucoup d'alternatives aux croquettes, et il vaut mieux bien s'informer avant de se lancer dans une transition alimentaire ! L'article du blog "alimentation féline" donne en effet les informations de base avant de se lancer" 




Plantinga EA, Bosch G et Hendriks WH. « Estimation of the dietary nutrient profile of free-roaming feral cats: possible implications for nutrition of domestic cats ». Br J Nutr. 2011 Oct

mercredi 30 novembre 2016

Hyperthyroïdie féline

Arnaud Veto

L'hyperthyroïdie féline



« L'hyperthyroïdie féline est la maladie endocrinienne la plus fréquente dans l'espèce féline et touche selon les études 8,9 à 11,4 % des chats âgés » (1).
Elle est liée dans plus de 95 % des cas à une tumeur sécrétante bénigne (adénome) et exceptionnellement à une tumeur maligne contrairement au chien (2).


Les symptômes :


-une perte de poids
-une certaine nervosité qui peut aller jusqu'à l'agressivité
-une polyphagie : appétit augmenté
-un syndrome polydipsie-polyurie : soif augmentée comme l'émission des urines.
-des troubles digestifs comme vomissements et diarrhée.
-des troubles de la régulation thermique : la chaleur est mal supportée.
-des anomalies cardiaques notamment de la tachycardie, présence d'un souffle cardiaque parfois.
-une insuffisance rénale secondaire : à surveiller.
-d'autres symptômes moins fréquents comme des hémorragies oculaires et des troubles respiratoires.

Le diagnostic :


-La clinique observée permet une orientation médicale en direction de cette affection.
Elle peut être validée par la présence d'un nodule en région cervicale.
-L'échographie permet de mettre en évidence la tumeur et de réaliser un bilan d'extension local.
-Le laboratoire va permettre de poser un diagnostic de certitude avec le dosage de la T4 basale et éventuellement de la TSH.
-La scintigraphie permettra de localiser les tissus sécrétants et d'éventuels tissus ectopiques cervicaux ou médiastinaux.

Les traitements :


1)- classiques :


Trois options sont envisageables :

-La chirurgie consiste à, l'ablation de la tumeur.
-La radiothérapie à l'iode radio-actif (131) dans un établissement spécialisé comme l'Ecole vétérinaire d'Alfort. Cela nécessite une hospitalisation de 15 jours. Il n'y a que peu de complications ou d'hypothyroïdie secondaire. Cependant cette méthode est onéreuse.
-Le traitement médical : il consiste en l'administration de médicaments anti thyroïdiens qui seront donnés à vie.
Deux molécules sont actuellement disponibles :

-Le Thiamazole (Felimazole) :

Il est prescrit au début à la dose d'un comprimé à 2,5 mg matin et soir et nécessite de surveiller les fonctions rénales et hépatique ainsi que la NF au bout de quelques semaines de traitement.
Il peut être la cause de perte d'appétit et parfois de vomissements (15 % à 20 des cas selon les auteurs) de troubles cutanés comme du prurit et la formation de croûtes sur le crane et le cou. (2 % des cas). Tous ces effets secondaires disparaissent avec l'arrêt du traitement.

-Le Carbimazole (Vidalta) :

C'est un précurseur du Thiamazole
La posologie initiale est d'un comprimé à 15 mg par jour.
Comme effets indésirables parmi les plus fréquents : des vomissements, de la diarrhée (10 % des cas) une baisse d'appétit, de la tachycardie , des perturbations de la NF et parfois des troubles dermatologiques (prurit).

Ces médicaments sont à éviter en cas d'hépatite primaire grave, de diabète sucré, d'une maladie auto-immune ou des perturbations du sang (thrombopénie, anémie, leucopénie...).
De même en cas de gestation et d'allaitement.

2)- de phytothérapie :




- Lycopus europaeus TM :

Le lycope (Lycopus europaeus, L. virginicus) est probablement la plante la plus efficace pour diminuer l’activité de la thyroïde (3) C’est une lamiacée vivace qui se trouve  dans les lieux humides, les bords des cours d’eau, les marécages et les fossés humides. 
Cette plante est en teinture-mère. 
La posologie chez le chat est d'une goutte par kg et par jour : à répartir en 2 prises.
En raison de la présence de l'alcool, ce médicament doit être dilué dans un peu d'eau.





3)- d'homéopathie :


-Iodum :

L'iode est indispensable pour le fonctionnement des hormones thyroïdiennes.
Des intoxications à l'Iode ont montré des symptômes caractéristiques de l'hyperthyroïdie.
Il est donc capable de traiter ces mêmes troubles quand il est prescrit en doses infinitésimales par le principe homéopathique de la loi de similitude. « Iodum s'avère fidèle dans son action » (4).
Il pourrait être prescrit en 5 CH ou 9 CH à raison d'une prise de 3 granules matin et soir.
Ses dérivés (Arsenicum iodatum, Calcarea iodata, Kalium iodatum, Natrium iodatum, Sulfur iodatum) peuvent être aussi utilisés en fonction de la pathogénésie observée.
Natrum muriaticum peut être complémentaire en présence d'un chat maigre et constipé.

-Thyroïdinum ou Thyroïdea :

C'est de l'extrait de la thyroïde prélevé sur des animaux de boucherie.
Il est surtout utilisé en basses dilutions (5 CH) en cas d'hypothyroïdie pour stimuler la glande.
En théorie, les hautes dilutions devraient être freinatrices,mais cette action n'est pas toujours ici observée. Donc prudence car  les hautes dilutions de Tyroïdinum  sont parfois stimulatrices (4): se limiter à 9 CH.

-Chromium sulfuricum 7 CH : en cas de tachycardie, exophtalmie et faiblesse musculaire avec parfois des troubles moteurs : 3 granules , 2 fois par jour.

_Lycopus virginicus 7 CH : exophtalmie, tachycardie importante avec un coeur irrégulier avec  tendance à la diarrhée : 3 granules, 2 fois par jour.

-Vespa complexe Lehning n°46 :

Ce complexe homéopathique contient  aussi du Lycopus virginicus et aussi des composés iodés comme Arsenicum album et Kalium iodatum..
Le solvant étant de l'éthanol à 47 % il est difficilement utilisable chez le chat



Cependant, je connais des confrères qui l'utilisent à la posologie d'une goutte par kg de poids à répartie en 2 prises quotidiennes.

  • Médicaments complémentaires :

    -Cardine 5 CH :
Les chats atteints d'hyperthyroïdie présentent souvent des troubles cardiaques.
Un médicament d'organothérapie Cardine 5 CH peut être alors prescrit en complément du traitement.

       -le Sérum d'anguille 5 CH :

En raison d'une hypertension, les chats hyper-thyroïdiens sont souvent en insuffisance rénale. Ce médicament sera donné matin et soir à raison de 3 granules par prise. Un contrôle régulier de la fonction rénale est recommandé (1).



Pour conclure, en plus de ces traitements, qu'ils soient allopathiques ou phyto-homéopathique, il est bon de prévoir une alimentation pauvre en iode, cet oligoélément étant nécessaire à la synthèse des hormones thyroïdiennes. Les aliments les plus riches en iode sont à éviter :  le sel, les produits laitiers (fromages), le jaune d'oeuf, la charcuterie (jambon) les poissons de mer (morue fraiche, sardines, maquereau, saumon fumé...) et les crustacés (crevettes dont les chats sont souvent friands!)..
La maison d'aliments Hill’s a formulé une nourriture carencée en iode : le YD prescription Diet.

Bibliographie sommaire :


(1)- Gérer l'hyperthyroïdie par Miguel Campos . La Dépêche Vétérinaire du 28 novembre 2016.
(2)- Dictionnaire Pratique de Thérapeutique du Dr Robert Moraillon et col. Editions Elsevier Masson
(3) -Moore, Michael, « Specific Indications for Herbs in General Use » (3ème édition ).
https://www.altheaprovence.com/blog/hyperthyroidie/
(4) -Homéopathie : connaissances et perspectives des Drs A. Horvilleur et col. Editions Elservier Masson.

jeudi 11 février 2016

Homéopathie et cancers chez les carnivores


Carcinome à l'oreille
 «L'utilisation de l'homéopathie en cancérologie a doublé ces 4 dernières années... ; 400.000 personnes bénéficient actuellement d'un traitement complémentaire homéopathique en cancérologie en France... » tels sont les propos du Dr J.L Bagot, médecin qui exerce notamment dans un service de soins palliatifs à Strasbourg.



L'homéopathie ne peut pas à elle seule traiter les affections cancéreuses.

Elle est cependant un complément de traitement intéressant pour limiter les effets iatrogènes de la chimiothérapie et aussi restaurer une immunité, malmenée par la chimiothérapie.



I)- L'acte chirurgical :



Souvent le traitement d'un cancer commence par un acte chirurgical qui est une d'agression pour l'organisme....



a)- Prescriptions avant l'opération :



-Prévenir le sentiment d'abandon et de peur de l'animal : Gelsemium 30 CH : un tube-dose* la veille au soir de l'opération, et le lendemain matin au réveil.

-Prévenir le traumatisme chirurgical, le choc opératoire, la douleur : un tube-dose d'Arnica 9 CH, la veille au soir de l'opération.

-Prévenir des saignements per opératoires : un tube-dose de China Rubra 9 CH, la veille au soir de l'opération.



b)- Prescriptions après l'opération :



-Traiter les effets secondaires de l'anesthésie, l'état nauséeux, la constipation : Opium 5 CH granules : une prise, à renouveler si nécessaire.

-Traiter les effets secondaires de médicaments allopathiques ( analgésiques...) : un tube-dose de Nux vomica 15 CH

-Traiter les hématomes et les pertes de sang pendant l' opératoire  : China rubra 5 CH + Arnica 5 CH : 3 prises** / jour.

En cas d'hémorragies, ajouter Phosphorus 5 CH (sang rouge) ou Hamamelis 5 CH (sang foncé) :en prises, à renouveler selon le résultat obtenu.

-Accélérer la cicatrisation (plaie linéaire) : Staphysagria en échelle : 7-9-12-15 CH, un tube-dose par jour.

Depuis 3 ans, le Dr JL Bagot, médecin homéopathe au Groupe Hospitalier Saint Vincent de Strasbourg, conseille de donner Okoubaka 4 CH, le jour et le lendemain de chaque chimiothérapie, à raison de 3 prises par jour. Il dit à ce sujet :
"Si l'indication principale est la prévention et le traitement des toxi-intofections alimentaires, des empoisonnements chimiques, de la diarrhée du voyageur et des séquelles des maladies infectieuses, il trouve toute sa place en soins de support pour prévenir et traiter les effets secondaires de la chimiothérapie".


II)- Les traitements de chimiothérapie :




Les traitements de chimiothérapie sont souvent à l'origine des effets secondaires que l'homéopathie peut atténuer et permet de mieux supporter ces traitements agressifs mais nécessaires.



a)- Troubles hématologiques :



Les cellules sanguines sont détruites par la chimio...



-l'anémie (baisse de globules rouges) :



L'homéopathie peut stimuler la fabrication de globules rouges :

-Meduloss 5 CH : 2 à 3 prises par jour.

-Ferrum Muriaticum 5 CH indiqué particulièrement dans les hémopathies malignes (tumeur de la rate).

-China rubra 5 CH : suite à des pertes de sang. 2 à 3 prises par jour



-La leucopénie (baisse des globules blancs) :



L'homéopathie peut stimuler la fabrication de globules blancs :

-Meduloss 5 CH : 2 à 3 prises par jour.

-Natrum muriaticum 5 CH dans les leucopénies dues à la chimiothérapie : 2 prises par jour.



La thrombopénie (baisse des plaquettes sanguines) :



L'homéopathie peut stimuler la fabrication des plaquettes :

Meduloss 5 CH : 2 à 3 prises par jour.

-Crotalus horridus 5 CH en complémentaire : 2 à 3 prises par jour.



b)- Troubles digestifs :



Les cellules du tube digestif sont perturbées par l'action des médicaments administrés par voie orale....



-Nausées et vomissements alimentaires : Nux vomica 5 CH, 2 à 3 fois par jour.

-Ballonnements de l'abdomen, diarrhée épuisante post prandiale : China 5 CH

-Dégoût de la nourriture, langue pâteuse, blanchâtre : Antimonium crudum 5 CH , 2 à 3 fois par jour.

-Digestion longue et difficile, amaigrissement et ictère : Chelidonium 5 ch et Lycopodium 5 CH, 2 à 3 fois par jour.

Il existe aussi la formule : Chélidonium composée de Boiron.

-Constipation  avec des intestins bloqués : Opium 9 CH, 3 prises par jour.

-Diarrhée :

*selles fétides, aqueuses : Podophyllum 5 CH , à renouveler toutes les heures !

*selles après avoir mangé ou bu, insécurité du sphincter anal : Aloe 5 CH , 3 prises par jour.

Il existe aussi la formule Aloe composé de Boiron.

*diarrhée très liquide, épuisante : China 5 CH, toutes les 2 heures jusqu’amélioration.

Il existe aussi la formule China complexe n° 107 de Lehning.



c)-de dermatologie :



La peau est un émonctoire qui va éliminer les médicaments et substances étrangères à l'organisme au même titre que le foie, les reins, l'intestin, les poumons...

Et cela peut se traduire par des démangeaisons...



Pour traiter le prurit (les démangeaisons) :

*Apis mellifica 15 CH : œdème de la peau, type urticaire, amélioré par des applications d'eau froide. A donner toutes les heures jusqu'amélioration.

*Urtica urens 5 CH : urticaire généralisé, aggravé au contact de l'eau froide . Trois prises par jour.

*Poumon-histamine 15 CH en alternance avec Apis 15 CH, toutes les heures, pour toutes allergies.


Vérifier aussi le bon fonctionnement du foie car les problèmes de peau sont dues souvent à un foie défaillant...
Les médicaments de la chimiothérapie sont métabolisés par les enzymes du foie (les cytochromes hépatiques).

Pensez à donner un traitement hépato-protecteur comme: Chelidonium 4 DH + Carduus marinus 4 DH + Taraxacum 4 DH + Solidago 4 CH (ââ), pour assurer un bon drainage après tout traitement durant 4 à 5 jours.



Une pommade à base de Calendula peut être appliquée localement à cause de ses propriétés antiseptiques, adoucissantes et cicatrisantes.



d)- rénale :



Nettoyer et protéger le filtre...



Pour soutenir la fonction rénale défaillante : Rénine 5 CH, 2 prises par jour.

Pour traiter l'insuffisance rénale : Sérum d'Anguille 5 CH : 2 à 3 prises par jour.

Comme traitement de fond : Mercurius solubilis 9 CH : une prise par jour ou en 15 CH, un tube-dose par semaine.



e)- baisse des défenses immunitaires :



Rapidement, l'organisme se trouve sans défense !



- Thymuline : elle intervient dans le processus de fabrication des lymphocytes T qui jouent un rôle important dans la défense de l'organisme :

-soit en 5 CH, 7 CH, : 2 prises par jour.

-soit en 9 CH : une dose par semaine.

-L'ADN et l'ARN : ils présentent un effet positif sur l'état général. Ils préviennent les leucopénies, les anémies, favorisent la cicatrisation des plaies... : en 5 CH, 7 CH, 9 CH, en prises matin et soir durant un mois environ.

-Silicea: il agit sur les infections suppuratives et sur la leucopénie : en 9 CH : un tube-dose par semaine.





f)- de la cortico-thérapie :

La plupart des traitements de chimiothérapie sont accompagnés de corticoïdes pour améliorer la tolérance et éviter les réactions allergiques.
Cela peut être à l'origine d'une baisse des défenses immunitaires, d'une hypertension, d'une prise de poids, d'un diabète....
Pour limiter ces risques, Cortisone 5 CH peut être ajouté au traitement allopathique : 2 prises par jour. 
En cas d'un traitement de cortico-thérapie plus long, donnez Thuya 15 CH à raison d'un tube-dose par quinzaine. 






g)- l'hétéro-isothérapie de la chimiothérapie :



Ces dilutions homéopathiques de la substance administrée permet de limiter les intolérances médicamenteuses.

Il existe donc des isotherapiques de Cisplatine, Fluorouracile, doxorubicine, cyclophosphamide, chlorambucil...

Habituellement, elles sont prescrites en 7 CH, une fois par 
jour.

h)-Traitements homéopathiques complémentaires :(la Lithothérapie déchélatrice) :



-Monazite DH 8 :



Ce minerai radio-actif apporte à l'organisme un ensemble de métaux rares (Cérium, lanthane,Ytrium, uranium...).

Il est indiqué dans toutes les formes de cancers, même avec métastases, et dans les leucopénies : 2 prises par jour.



-Argent natif DH 8 :



Il présente des propriétés anti infectieuse, anti inflammatoire et antalgique : 2 prises par jour.



-Galène DH 8 :



Riche en plomb, il est indiqué dans les états cancériniques ( du rein notamment) : 2 prises par jour.

Une indication personnelle : lymphomes digestifs du chat Monazite argent + Galène en DH 8.
Il est conseillé de donner séparement ces médicaments séparément  dans la journée.


Pour information : 

-*Un tube-dose (de globules) : à donner en totalité.
-**Une prise correspond à 3 à 5 granules. 

 





Conclusion :



L'homéopathie bien prescrite permet de soutenir et d'améliorer l'état général durant les traitements de chimiothérapie, tout en diminuant les effets secondaires.

L'absence d'interaction médicamenteuse avec les traitements du cancer lui procure une grande sécurité d'emploi.

Son absence d'effets secondaires et son faible coût plaident aussi en sa faveur.



Bibliographie :



-Bagot J.L (médecin)

Utilisation de la phytothérapie diluée et dynamisée dans les soins de support oncologiques au Groupe Hospitalier Saint Vincent (revue "La phytothérapie Européenne" n° 95 décembre 2016). 

Cancer et homéopathie guide pratique (Unimedica éditions 2012).

Utilisation des hétéro-isothérapies en cancérologie  (la revue d'homéopathie Juin 2010).

-Dr Alain Dumas et Dr Eric Ménat (médecins) :

Un accompagnement qui change tout (Editions la Source Vive).

-Quenoun A.C (pharmacien) :

Homéopathie : guide pratique (Quotidien Malin éditions 2010).

-Roux D (pharmacien) :

L'apport de la phyto-aromathérapie en oncologie d’accompagnement (revue "La phytothérapie Européenne" n° 95 - décembre 2016).
 

-Tetau M et Sciemeca D (médecins):

Nouvelles cliniques de lithothérapie déchélatrice (Similia éditions 1997).

-Issautier M.N (vétérinaire) :
Guide pratique d'homéopathie (le Point Vétérinaire, éditions 2014).

-Arnaud S (vétérinaire) : 
    
Immunité et homéopathie : arnaudveto.blogspot.com/2012/12/limmunite-et-homeopathie.html

Cancers et dénutrition  :arnaudveto.blogspot.com/2011/10/cancers-et-denutrition-chez-les.html